L’arrivée du deuxième bébé : kit de survie

Ou comment réchapper à l’épopée quotidienne du passage d’un à deux chérubins. Notamment pendant les sombres heures, fatidiques, interminables : le 18 – 20 heures.

Qu’avec un peu de chances, tu subis dans la solitude la plus totale, ton cher et tendre époux rentrant du travail au moment où les susnommées doubles merveilles, nourries, lavées, séchées, langées, habillées, emmaillotées, tâchées, re-langées, re-habillées, énnervées, épuisées, réclament leur dernier baiser.

Que ceux qui savent prient avec moi, récitant les commandements qui nous permettront de traverser cet apocalypse, advienne que pourra…

1/ Ta poussette canne, tu ressortiras.

Oui, pour ton aîné évidemment. Celui qui décide au moment précis de ton accouchement que donner la main n’est plus une option tolérable. Celui qui décide de se jeter sur le passage piéton en vociférant, tentant un triple salto sous le nez d’une Twingo, pendant que tu essuies le menton régurgitant d’un mini-gnome fort peu coopératif. Alors tu le sangles ton aîné, il hurle, se débat, MAIS cette camisole lui permettra de survivre au trajet de 10 minutes te séparant de la crèche. Tes tympans, pour leur part, peut-être pas.

2/ Toutes les fenêtres de chez toi tu cadenasseras.

Je te laisse relire le point précédent. Ce qui vaut pour la nouvelle passion de ton loupiot à lorgner sous le capot des voitures, vaut également pour sa récente lubie consistant à regarder par la fenêtre, hissé sur une chaise, pour simplement vérifier que « Mais Mamannnnnn, je peux voler ! ». Il fait 35° dehors cet été de toutes façons, autant te terrer et fermer les volets.

3/ Les sorties au square tu abandonneras.

Oublie-les, du moins pour un temps, ces moments de félicité où, assise sur un banc, tu lances un regard attendri à ta marmaille bondissante, réclamant ton attention la plus passionnée pendant ses acrobaties effrénées. Imagine-le ce moment, où elle décide de sauter du haut du toboggan, pendant qu’un minuscule rôti de 4kg roupille en boule dans ton écharpe… Si tu fais 1m90, ton envergure te permets peut-être de réagir avec vélocité. Pour ma part, du haut de mon mètre cinquante six, une fois le rôti saucissonné en porte bébé, je peux à peine remuer les doigts de pieds. Tu les mettras donc A L’ABRIS, chez toi, chez une amie, ou à ZePléGraounde si tu es d’humeur acrobatique (je te parlerai de ce haut lieu de la gastronomie et du décibel pouponnesque très prochainement).

4/ De Trotro, tu abuseras.

Pas d’écrans avant 3 ans. Hahahahahahahahahahaha. Attends je respire, hahahahahahahahahahahaha. Pardonne moi, c’est nerveux.

5/ A l’avance, tu cuisineras.

Des pâtes, cela va de soi. Le velouté de topinambour et la butternut rissolée ne seront désormais plus tes alliés. A moins que tu n’aies envie de tester leur action vitrifiante sur ton parquet. Mais surtout, n’oublie pas : 5 fruits et légumes par jour. Ils sont bien, à la crèche, ils le nourrissent bio, déculpabilise-toi…

6/ Le stoïcisme, tu expérimenteras.

Lorsque pendant 2h, cinq fois par semaine, ta douce progéniture feras l’expérience de ses cordes vocales, autant faire abstraction et disparaître psychologiquement. Tu as des mains pour shampouiner, mais ton cerveau apprendra l’art de se mettre en mode veille durant ces fabuleux instants où chacun veut maman, uniquement maman, toujours maman, rien que pour soi. Pour ta survie intellectuelle (et nerveuse), tes boules-quiès tu dégaineras (marche aussi avec un casque anti-bruit), et un sourire de convenance tu adopteras.

7/ Dans un sèche-linge tu investiras

24h dans une journée. Alors ramasser, laver, étendre, attendre, tâter, désétendre (quoi, ça n’existe pas?) repasser, plier, ranger… Retourne-le dans tous les sens, ça ne rentre pas.

8/ Les prises et fils électriques tu cacheras.

Et des barrages tu érigeras. Car ça croque sous la dent. Ca fait un joli collier, éventuellement.

9/ Pour une aide ménagère tu te prostitueras.

Je ne pousserai pas le vice à te dire dans quelles contrées je sévis, mais sache que la mienne, je l’ai trouvée, et je la bénis. Elle s’appelle Susana. Elle est à MOI.

10/ Tes parents tu supplieras.

Mais si, ils sont mignons, calmes, ils dorment, mangent proprement, ne sont pas enrhumés, n’ont pas la diarrhée, font des coloriages sans dépasser (les mouflets, pas les parents), alors : prenez-les !!! Pour un weekend, une journée, une heure, que j’aille dormir, s’il vous-plait.

La bise éreintée, et des spaghettis fleurs dans les cheveux (mais si mais si, c’est feng shui).

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 réponses sur “L’arrivée du deuxième bébé : kit de survie”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *