Cafés chéris, ou les chroniques d’une bistrotteuse (Toulouse sessions)

 

Envie d’une pause bien méritée ?

Friande de pauses cappuccino affalée dans un canapé, de dégustation de houblon accoudée au zinc d’un sympathique petit rade, de sirotage de Cabernet sur la banquette décrépie d’un bar à vin, il me fallait bien faire un billet sur mes coups de coeurs Toulousains.

Les quatre dernières années ayant été bien remplies, je redécouvre avec plaisir une ville en perpétuelle évolution. Mes QG de la belle époque (Cale Sèche, Café Populaire… Non ne ris pas, tu y as chanté aussi) ne sont plus ceux que je choisirais aujourd’hui. J’essaierai de mettre à jour cet article au fil de mes découvertes, pour te donner l’envie de t’y arrêter aussi, et déguster un doux breuvage au détour de l’une de tes pérégrinations citadines.

Des profs et des psys à Saint Cyprien : L’Estaminot

L’Estaminot, salon de thé – bouquinerie

Je ne traverse que rarement la Garonne, mais cette pépite de quartier me donnera envie d’enfourcher mon vélo plus souvent ! Une belle découverte que ce salon de thé / bouquinerie, dans lequel tu peux au choix :

  • entrer côté rue du Pont Saint Pierre, ou rue Réclusane ;
  • boire un café ou un thé, en feuilletant les centaines de livres à disposition ;
  • déjeuner sur le pouce de délicieuses tartines grillées aux noms aventureux pour 5,90€ (dont des recettes Vegan) ;
  • déguster des patisseries (avec ou sans gluten), en flânant au milieu des coussins et des bouquins ;
  • travailler sur ton ordi au milieu de bancs d’étudiants en Sciences Humaines ;

Ou encore mille autres choses, dans ce petit monde coloré et insolite, aux allures diverses et variées selon l’heure de la journée, qui donne envie de rêver, refaire le monde, parler politique, philosophie ou psychologie avec tes voisins de tablée.

On continue avec mon très gros coup de coeur : le Sweet Home Café.

Niché entre la place du Capitole et le quai de la Daurade, à l’angle des rues Gambetta et Peyrolières, c’est le havre de paix chaleureux que j’ai longtemps cherché sans arriver à le dénicher.

Des cafés classiques aux recettes revisitées, ardoise du jour et café du mois, tout est adaptable (décaféiné, lait de soja etc.). On te proposera aussi une carte de fidélité, ce qui peut être sympa quand tu y vas régulièrement. On peut  y déjeuner (salades, bagels, tartes salées, formules avec dessert de 10 à 13€), et y bruncher le week-end (ça, je n’ai pas encore testé).

La musique se fait discrète mais recherchée (électro zen, rock progressif, folk, chanson francophone…), tu croises un public cosmopolite, allant de la bobo expat américaine qui promène son nourrisson tout fraichement vêtu de coton bio, en passant par la prof de Yoga qui sirote un latte soja (c’est ma copine flow yoga), des étudiants qui cuvent leur soirée un bonnet enfoncé jusqu’au nez, une bande de copines retraitées, et des gens comme toi et moi, de tous âges, qui flânent, qui papotent, qui bouquinent, qui bossent sur leur ordi (ici, c’est free wifi).

Au choix, espace cosy avec canapés et gros fauteuils moelleux à l’entresol, tables en bois et banquettes au rez-de-chaussée (avec vue sur une superbe bibliothèque), et salle plus classique sur la mezzanine. Tout ça dans une ambiance loft un peu indus, bref, ce sont les rois du marketing, et la gentille cible que je suis s’y retrouve tout à fait ! Et cerise sur le pancake, jeux en libre service pour petits et grands.

Autre sympathique découverte, Ô Thé Divin.

 

Déjà, ça commence par une petite terrasse, tables et chaises rustiques en bois, au soleil mais pas en plein cagnard, dans une petite rue piétonne en plein centre-ville (entre les rues Alsace Lorraine et Saint Rome). Chouette, quoi !

Ca continue avec des salades variées, agrémentées de fruits frais, ou la spécialité de la maison : des scones gratinés ! Et là, tu as l’embarras du choix, une page entière de déclinaisons te feront de l’oeil. Tellement emballée que j’en ai oublié de prendre une photo avant de tout dévorer, je me rattraperai la prochaine fois… Sinon je t’invite à tester 😉 . La formule avec dessert ne te coûtera que 13 € (avec d’énoOoOoOrmes pâtisseries que je te conseille les yeux fermés, notamment un Carrot Cake généreux et moelleux à souhait).

Tu termines avec un thé, et tu es d’attaque pour toute l’après-midi !

Si tu as d’autres idées, des recommandations, de chouettes adresses à partager, n’hésite pas à nous en dire plus en commentaire. J’essaierai d’aller y faire un tour, et ajouterai mes nouveaux coups de coeur à cette liste d’adresses.

La bise moustachue (de lait, hein…), et une très belle fin de semaine à vous !

Sarah

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 réponses sur “Cafés chéris, ou les chroniques d’une bistrotteuse (Toulouse sessions)”

  1. Je n’avais vraiment pas la culture de la pause-café quand je vivais en France (et encore moins l’idée d’y aller bosser comme je le fais pourtant souvent maintenant), c’est venu en Espagne (le prix du café y est sûrement pour quelque chose, mais ça ne doit pas être l’unique déclic). Du coup, encore une fois, j’ai mis ton article de côté pour y faire un tour quand je remettrai les pieds à Toulouse 🙂

    1. Oui c’est un truc que j’ai pris au Québec, avant j’avais du mal à me poser « seule » dans un café… Maintenant j’adore ça, c’est ma petite bulle, ma parenthèse, même s’il est vrai qu’en France ce n’est pas donné. Cela dit, pour 2€ tu peux profiter d’un canapé tout l’aprem ! N’hésite pas à m’écrire quand tu viendras sur Toulouse, j’ai des tas d’autres bonnes adresses en stock 😉

  2. haha ! la cale sèche et le café populaire, que de souvenirs ! Ca faisait mille ans que je n’avais pas entendu ces noms ! Le SweetHome café a l’air super pour passer une après midi écriture ! Je risque d’y faire un tour lors de mes vacances toulousaines de Juillet 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *