Le blues des réseaux sociaux, ou comment Twitter, Facebook, Snapchat et Périscope ont eu raison de ma… connexion

Blues des réseaux sociaux

En bonne et naïve petite blogueuse débutante, je me suis jetée à coeur perdu dans la découverte de ces réseaux qui jusque là m’étaient totalement, mais alors totalement (même totalement totalement) inconnus.

Bon ok, j’ai un compte Facebook.

Depuis que je suis partie geler mes pieds pendant un semestre sur le sol canadien (pour un échange universitaire, en plein hiver, pas folle celle qui a échangé sa place avec moi… Mais bon si tu veux rêver, vas donc jeter un oeil – ou un orteil congelé – ici). Donc être loin de ses amis, sa famille, avec un décalage horaire absolument socialement impraticable quand chacun a un job, des cours à suivre, etc., ça te pousse à tenter l’aventure des relations on the web. Soit. Un compte Facebook, donc. Pour poster deux ou trois photos. Et même une vidéo (Folliiiiiie je te dis ! ).

Hormis cette grande avancée technologique, cette prouesse connectée, je n’ai que peu d’amis virtuels, je ne joue pas la surenchère. J’aime me rappeler que j’ai REELLEMENT envie de papoter avec chaque « ami » facebookien. Et pendant ce temps, où Face De Bouc avait comme mission principale d’assurer les prolongations de mon abonnement téléphonique, les autres réseaux sociaux ne sont restés pour moi que d’obscures contrées. Rien de bien folichon. Je suis un peu vieux jeu, hein, la trentaine bien entamée, faut-il te le rappeler… J’ai même connu le Club Dorothée, alors snap et périscope, tu imagines bien : peu me chaut…

Sauf qu’un beau jour (enfin un beau soir d’inactivité cérébrale), j’ai ouvert un blog. Tadaaaaaaaa. Me voilà. Et sauf que ce même soir, j’ai tenté Twitter. Excitée comme une puce, j’ai créé dans la foulée un compte Instagram, Snap, Hellocoton, et… Non en fait c’est tout, faut pas déconner !

Et là, passé la première euphorie…

« Non mais tu te rends compte, c’est un monde incroyable, l’information à l’état brut, le direct le plus total, non mais chéri vas-y CO-NNEC-TE toi voyons !!! », j’ai un (tout petit) peu déchanté. Débrief. On commence par…

Facebook, donc ! Enfin une « Page » Facebook

Car oui, en vrai, j’ai commencé par créer un compte perso au nom du blog. Je t’ai peut-être d’ailleurs fait une demande que tu n’as pas osé refuser. Jusqu’à ce qu’un pote me dise « Non mais c’est ingérable comme ça, créée donc une page« . Ah ouaiiiiii… Bonne idée. Et effectivement, ça évite d’avoir à switcher constamment.

Enfin ne t’en fais pas, mon compte Ymum en tant que « personne », je le garde pour le jour où je serai ultra connue, et tu feras partie des quelques privilégiés à y avoir accès (Mouhahaha. C’est un rire machiavélique, tu l’as entendu, rassure-moi). Pari sur l’avenir, donc, n’oublie pas : le Pulitzer 2057 est pour moi.

Bon, et puis c’est bien joli, mais à force de n’avoir que de « vrais » amis, je ne suis pas bien avancée… Qui la voit cette satanée page, à part toi, ta soeur et ton chat? Pas grand monde, il faut bien l’admettre. Et c’est là que je compte sur TOI, si tu as souri, ri, ou versé une larme au moins un fois, fais moi ce cadeau, partage à des gens que je ne connais pas, et qui pourront m’envoyer d’odieux commentaires décomplexés, aller c’est good, je suis parée !

Twitter.

J’y reviendrai, ça me plait, évidemment, le fait de choisir, de suivre des personnalités « intelligentes », des politiciens, des médias, de l’info culturelle. Bref, à la carte et pas du débilos. Ou alors en tous cas pas imposé. Et ça, c’est sacrément reposant. Tout comme ne pas avoir la télé en somme. Personne ne vient te mettre Cyril Hanouna sous le nez. Non, non, tu peux presque vivre (et penser) en paix.

Seulement voilà. Des comptes, il y en a des centaines de milliers. Des Tweets ? Ca ne s’arrête jamais. Un véritable tsunami d’informations. Une ou deux soirées, et je me suis noyée dans un gouffre temporel sans fond. Dépitée, j’ai délaissé mon compte, pour un temps, car vraiment, ce média est intelligent, et mérite que l’on y accorde du temps.

Snapchat

Heuuuu, concrètement, je suis en phase test. Je n’ai pas encore dépassé le stade des oreilles de lapin. Si tu as un tuto, ou même un éclairage à m’apporter sur la finalité, je suis toute ouïe, je veux comprendre, je veux comprendre (comme Jack).

Instagram

, je m’éclate. Prendre des photos, les bidouiller, les poster, chercher des hachetagueu, en mode lutin qui découvre la hotte du Père Noël.

Sauf qu’en bonne petite consommatrice superficielle, cette appli a vite attisé mon envie de me lancer dans de la vraie photographie (j’en suis tellement loin), et de retravailler de vraies photos avec un vrai logiciel. Pas un jouet, en somme. Mais je sais rester humble : je garderai ce projet pour mon futur article sponsorisé par Canon en personne, mais oui, mais oui…

D’autant que pour l’instant, les trois motivés qui likent mes photos sont soit :

  • mes amis (là c’est très chouette, mais pas du tout in, je te le répète, le swag et moi, c’est pas encore ça…)
  • des mannequins en quête de reconnaissance (mais pourquoi moi ???)
  • des entreprises ou boutiques qui me font un clin d’oeil afin que je puisse bien gentiment venir vider mon porte-monnaie sur leurs jolis sites parfaitement marketés.

Mouais… Je reste sur ma faim.

Puis, à force de jouer un peu le jeu, je me suis trouvé quelques comparses de blogging. On s’autolike, on se soutient, et là ça devient sympa. De fil en aiguilles, le « réseau » se construit, leurs followers visitent notre compte, on se rapproche par centres d’intérêts… Et en quelques jours j’ai même déjà quelques cafés à aller boire dans différentes villes de France, plutôt chouette ma foi !

Hellocoton

Un réseau social de blogueuses, pour blogueuses, par des blogueuses. Ultra cool, je commence d’ailleurs à échanger avec certaines acolytes 2.0, et c’est assez rassurant, comme un sentiment de solitude en moins. On se rend compte que l’on passe par les mêmes étapes, les mêmes questionnements techniques… Même si ce média reste très spécifique à la sphère girly, cela donne néanmoins une sympathique revue de presse des tendances actuelles, même si l’on est « juste lectrice » (pas besoin d’être blogueuse pour s’abonner aux comptes que l’on souhaite suivre).

Il y en a pour tous les goûts, dans toutes les thématiques… Bref, découverte In Progress, donc…

Périscope

Je suis encore bien trop coincée, ma bonne Dame. So 2014, la meuf… J’ai encore un petit bout de chemin à parcourir, mais dès que je trouve le temps, j’y jetterai un oeil et te raconterai ce que j’y ai vu… Suspens…

Et de ton côté, qu’en penses-tu ? Sur quel(s) réseau(x) socia(ux) puis-je suivre ta douce petite personne inspirée ? Te connectes-tu quotidiennement ? A quelle(s) fin(s) les utilises-tu ?

La bise connectée (facile), et une très bonne fin de semaine opiacée (enfin, chocolatée, houlalala elle se lâââââche ce soir !)

Sarah

Rendez-vous sur Hellocoton !

13 réponses sur “Le blues des réseaux sociaux, ou comment Twitter, Facebook, Snapchat et Périscope ont eu raison de ma… connexion”

    1. Hahaha j’ai découvert ça il y’a quelques semaines, mais ça fait un moment que j’en entendais parler… Du contenu vidéo diffusé en direct. Et tout ce que ça peut supposer de trash…

  1. Et bien voilà je suis là grâce aux réseaux des réseaux 😉 (Merci Picou, finalement c’est elle le meilleur réseau !)
    Tout pareil içi ! Mais il faut vraiment que je me penche sur Hellocoton parceque j’ai vraiment du mal : genre, je n’ai toujours pas bien compris comment voir les articles « à la une » (et sur l’appli mobile je suis bloquée aux articles du 6 décembre… va comprendre ??!!). Instagram j’adore, Facebook par habitude … Tout à fait d’accord avec toi sur Twitter – trop d’infos tue l’info en ce qui me concerne ! – ; Snapchat j’installe et je supprime dès que j’ai un problème de stockage sur mon mobile (toutes les semaines en gros) et Périscope ; je ne savais même pas que ça existait encore ! Comme quoi tout ça doit être une question de génération 🙂
    Allez je file m’abonner à tes comptes – #mamandanslecoup nous resterons 😉

    1. Ouiiiii je poussoie ! Picou Number One du réseau 😉 une vraie Community Manager héhé ! Et concernant l’appli Hellocoton, c’est qu’elle a été abandonnée, elle est bloquée au 6 déc. pour tout le monde, mieux vaut s’en tenir au site internet (beaucoup plus intuitif en plus).
      J’essaie aussi de me tenir à jour, histoire de ne pas être trop paumée quand mes filles seront ados, et pouvoir les guider dans cette jungle qui ne fera que s’intensifier…

  2. Je crois que je suis encore plus vieux jeu que toi:
    – Facebook m’a sauvée lors de mes différents déménagements en France (ma mère est devenue une addict FB à mon arrivée à Paris) en me permettant de garder le lien avec les gens que j’aimais et en me donnant l’impression que la distance était moins importante)
    – Instagram m’a séduite grâce aux filtres (et sa facilité d’utilisation j’avoue). J’apprécie de jeter mon petit coup d’œil tous les jours pour aller voir ce qu’il y a de nouveau chez les uns et les autres (mon petit côté voyeuse est satisfaite :p).
    – Twitter par-ci, Twitter par-là… un compte Twitter tu créeras! Comme tu l’as dit c’est un tsunami d’infos! Impossible à suivre 🙁 j’ai fini par laisser tomber. Je trouve beaucoup trop frustrant de passer à côté d’autant d’informations (et je crois que je n’ai pas encore complètement compris le schmilblick)
    – Snapchat: à force d’entendre mes copines plus jeunes et celles avec des enfants (qui adooooorent utiliser les filtres sur leurs bambins) j’ai décidé de m’y mettre. Je crois que cette appli me fait me sentir encore plus une ancêtre que Twitter lol Au bout de plusieurs mois j’ai enfin compris comment on pouvait mettre les filtres (et maintenant je peux enfin échanger avec mes copines à bambins). Bon maintenant il faut que j’apprenne comment on met les photos à l’endroit dans la story, mais je ne désespère pas lol
    Je pense que pour le moment je m’en tiendrai à ça. Mine de rien toutes ces applis peuvent vite être chronophages. Comme tu dis rien ne vaut le VRAI contact humain quand on le peut (un petit passage à l’arche à l’occasion à s’organiser pour mon plus grand plaisir 😉 )

  3. J’aime beaucoup ton article 🙂 !! Bravo, il est plein d’humour et très vrai ! Je remarque que tu es sur plein de réseaux (beaucoup plus que moi en tout cas ^^), je viens de me mettre sur Twitter et il faudrait que je regarde de plus près cette histoire de hellocoton…

  4. Pertinent! Ici c’est pareil…mais pire! Déjà parce que je n’ai parlé de mon blog qu’à une poignee de mes amis IRL, et je n’ai même pas tenté tous les réseaux, sinon je n’aurai plus le temps de vivre! Facebook j’ai créé une page, mais c’est du coup assez chiant pour voir celle des autres et surtout je rame à bloc pour attirer du monde (comment font celles qui ont des centaines de like? En payant j’imagine? Ou avec beaucoup de temps?) ; IG j’adore mais je retouche peu mes photos sinon j’y passerais trop de temps ; hellocoton je suis ultra fan car j’adore lire et decouvrir des blogs. Le reste, je laisse. Je suis déjà bien occupée comme ça !

    1. C’est effectivement le sentiment que j’ai avec ces réseaux : chronophage !!! Et pour ce qui est des likes, du temps je suppose, du partage, des articles « invités » sur d’autres blog (si ça te dit, on s’organise ça à l’occasion 😉 ).

  5. Oulala, ça en fait des réseaux sociaux! Pour ma part, je ne suis que sur Hellocoton et je trouve que c’est déjà suffisamment chronophage comme cela. Du coup, je tire mon chapeau à toutes celles qui arrivent à concilier vie de famille, boulot, blog et tous ces réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *