And I said YES

 

ymum-mariage-wedding-say-yes

 

Depuis quelques temps, on peut percevoir autour de nous le bon vieil atavisme rejaillir avec félicité… Et oui ! C’est la saison des amours chez les mammifères ! Et donc la saison des mariages chez nos amis les humains, CQFD.

Ohhh je sens déjà que vous allez (encore) me targuer de cynisme sauvage, peu me chaut, car aujourd’hui, je m’en vais faire dans la cucuterie. Et avec le plus grand plaisir, car contre toutes attentes, j’ai succombé à mon penchant (bien caché pendant 30 ans) pour Jane Austen, en convolant moi-même un certain jour du mois de mai.

Et comme mes acolytes Marie, Clarisse, et Lau, je m’en vais vous conter cette aventure-là (vous pourrez lire les leurs ici, ici et ici).

ATTENTION SPOILER = cet article ne te fera très certainement pas rêver, jeune Catherinette, car je ne suis pas du genre à me promener en tutu à voilette… Ou alors avec des Doc Martens aux pieds, mais je garde cette idée pour le remake que nous ferons d’ici quelques années.

 

Au commencement…

C’était il y a un peu plus de 2 ans. Peu après des épreuves qui avaient ébranlé notre cocon encore fragile. Une suspicion de cancer m’est tombée dessus, suivie d’une opération en urgence de la thyroïde. Tout a été très vite, 2-3 semaines je crois. Heureusement, la tumeur était bénigne. Mais juste assez inquiétante  pour nous apprendre à relativiser et penser au présent.

Lilie  venait de fêter ses un an. Elle n’avait pas encore de bouclettes, mais courait déjà partout à en perdre haleine. Elle venait de faire une nouvelle pyélonéphrite, cette rechute avait eu raison de ses petits reins fragiles, avec encore une hospitalisation, et de nouveaux examens.

Ce jour là, nous avions RDV chez un chirurgien, celui vers qui nous avait adressés le service de néphrologie de l’hôpital des Enfants de Toulouse Purpan.  Ce jour où il nous a expliqué patiemment, en faisant des dessins, ce qu’il allait ouvrir et bidouiller dans le ventre de mon enfant. Elle serait opérée très tôt le matin, mais pourrait sortir le soir-même. La date a été posée. Et un énorme sentiment d’apaisement nous a submergé. Plus que quelques échéances, et nous serions enfin débarrassés de cet épée de Damocles. Autant vous dire qu’après ces quelques semaines de montagnes russes émotionnelles, nous n’avions qu’une envie : faire la fête !

C’est donc le coeur léger que nous sommes sortis de la Clinique, un peu grisés, admirant notre petit bout de fillette courir tel un suricate surexcité. Puis nous sommes passés devant une vitrine. Charles a aperçu la bague. Il me l’a montrée. Il m’a dit « Si elle te plait, on la prend ». J’ai rigolé, lui disant que c’était un solitaire, et que cela impliquerait sûrement d’autres événements. Il a ri aussi. Et nous sommes entrés dans la bijouterie.

Le soir même, sur le canapé, il m’a demandé « Tu veux m’épouser… dans 1 an et demi ? ». Alors le dragon en moi s’est déchainé. « Non, je veux t’épouser maintenant ». Avant de faire un autre enfant. Avant le futur improbable et les surprises que la vie nous réserve, bonnes ou mauvaises. Avant d’être trop vieux, d’avoir des dépenses imprévues, d’avoir un job aliénant. Maintenant. Puisqu’on etait amoureux et vivants.

Bon, il fallait tout de même attendre les beaux jours, et laisser tout le monde s’organiser. On a donc décidé de se marier fin mai, ou début juin. Soit 2-3 mois après. En laissant le choix dans la date à l’officier d’état civil (rohhhh je l’ai placée ici cette contrepétrie, oui oui oui…).

J – 2 mois et demi

Le soir même, nous avons créé un groupe WhatsApp (bandes de geeks), pour annoncer à nos familles et amis la bonne nouvelle. Nous connaissant, ils n’étaient pas à ça près, même si jusque là nous clamions haut et fort que se marier ne servait à rien…

Nous n’avions pas décidé de la date, mais ce serait au printemps. Dans 2 mois et demi donc. Et bien entendu sans argent. Nous avons donc pris le seul créneau  dispo, aucun de nous n’ayant d’avis sur le sujet, ce serait le 30 mai au matin.

J’aurais aimé me marier dans la maison de famille où nous allons chaque été, près de l’Océan et du Bassin d’Arcachon. Mais une amie nous a proposé d’inaugurer le jardin de sa maison fraichement acquise en banlieue toulousaine, ce qui s’est avéré être plus simple pour les invités et les préparatifs.

J – 6 semaines

Nous avons fait faire nos alliances chez une joaillière toulousaine, rue de la Colombette, en utilisant d’anciens bijoux (des médaillons datant de mon enfance). Au moins, elles seraient uniques. C’était un des seuls détails qui comptait à mes yeux, car si nous devions les porter des années, nous les voulions vraiment à notre image. Sans fioritures, sans gravure. Deux anneaux bruts, gris pour lui, rose pour moi.

J – 3 semaines

Voyant que nous ne nous affolions pas trop au sujet de l’organisation du repas, les parents d’un ami nous ont invités à une dégustation de vins, fromages et charcuteries, de producteurs locaux qu’ils apprécient. Nous avons donc fait notre choix tranquillement, attablés à leur terrasse.

C’est à ce moment aussi que nous avons réservé le minimum syndical : vaisselle de location, tables et bancs, pergolas, sono, nappes blanches (découpées dans de grands tissus acheté chez Toto), fûts de bière pour la soirée.

J – 7

Il fallait commencer à penser tenue pour le Dday… Nous avons fait les boutiques chacun de son côté, Charles avec une armée de potes, moi toute seule et désespérée de ne rien trouver… Le soir même, je lui ai dit que je me marierai en Jeans et Converses, mais comme ça dénotait légèrement avec son costume à 1000€, il a décidé de faire son Prince Charmant et m’a trainée de force chez Tara Jarmon, où j’ai enfin réussi à me trouver jolie.

Une amie m’a ensuite appelée car elle venait de trouver dans la rue toute une collection de petits pots en terre cuite. Nous sommes donc parties en mission, ma belle soeur et moi, avec des chariots dignes de Zézette épouse X, pendant qu’elle surveillait sa trouvaille avec aplomb (de nombreuses mamies ont essayé de la soudoyer, en vain, si tu me lis, merci Vi !). Nous les avons décorés au nom des invités, et remplis à ras-bord de bonbons Haribos.

Nous avons également fait la tournée des producteurs pour réserver la charcuterie et le fromage, et missionné des amis qui iraient les récupérer pour nous le moment voulu.

J – 3

Telle Cendrillon, j’ai enfin trouvé ma paire d’escarpins, pendant ma pause déjeuner, au grand dame de mes amies et collègues, atterrées de me voir faire mon choix si peu de temps avant le grand moment.

J – 1

Pendant que je travaillais, Charles et ma mère se sont emparés des fourneaux pour préparer un Tajine de poulet aux citrons confits. Pour 60 personnes. Voir pour 100 car mon amoureux voit toujours grand. Ils ont mon respect éternel, je n’aurais jamais eu le courage de me lancer dans de tels préparatifs.

And I said YES, le 30 mai 2015

On dit que cette journée passe trop vite, mais pour moi elle a été parfaite. Peut-être parce que je n’en attendais rien, que je n’en avais pas rêvé durant des années, que c’était une nouvelle surprise dans notre vie… En tous cas, j’en ai profité à fond, et j’ai pris les choses telles qu’elles se présentaient.

Je me souviens avoir retrouvé mes meilleures amies chez le coiffeur aux aurores, elles qui étaient venues de Paris et Madrid pour l’occasion. Je me souviens de mon euphorie, celle qui me faisait voler telle Jasmine sur son tapis, en traversant la ville rose du haut de mes talons de 12  (ceux qui me connaissent au quotidien mesureront l’exploit).

Je me souviens des visages heureux, de mes frères et soeurs, mes parents, grands-parents, amis, cousins… Et je crois que c’est ce qui me reste le plus : le bonheur de tous ceux qui me sont chers, leurs sourires, leurs regards. Ma robe était couleur Corail, et je voyais partout des étoiles.

La cérémonie a eu lieu dans la Salle des Illustres, Place du Capitole. Puis nous avons bu un verre en terrasse sous les arcades, avant de rejoindre le jardin de nos amis, où un punch, préparé par mon père, nous attendait. Je crois qu’avant midi, tout le monde était déjà plus que rôti !

Nous avons bu, mangé, nous sommes allongés dans l’herbe, puis vers 19h, deux amies nous ont fait l’honneur de donner un concert : les PTB (Patates au Beurre, pour les intimes). Si vous ne les avez jamais vu sévir, elles valent VRAIMENT le détour, vous pouvez les croiser dans nos contrées toulousaines, aperçu :

 

La soirée s’est ensuite poursuivie, à coup de Youtube et de smartphones branchés sur jack, au milieu des fûts de bière. Et là, mention spéciale pour les voisins qui nous ont supportés jusqu’à 6h du matin ! Et une palme d’or attribuée à Hortense qui dansait déchainée sur Paul K, Modeselektor et She Is Christine à 4h du mat, en petite robe à pois et gilet de chantier orange (fluo, le gilet, pas la robe).

 

 

Le bilan : nous n’avons qu’une seule envie, RECOMMENCER !

Alors oui, ça ne se fait pas en théorie, mais comme la théorie et nous ça fait deux, nous avons décidé de nous remarier, pour nos 5 ans (le samedi 30 mai 2020, ça sonne plutôt bien), à l’Océan cette fois-ci (le détail qui m’a manqué, j’ai déjà embauché un pote préposé au discours cérémonial façon soirée déguisée, et tout le monde finira dans les vagues, c’est même là que réside tout l’intérêt), en prévoyant de faire dormir tous les potes dans le jardin sous des tentes. Et en pensant à faire des photos, ou du moins soudoyer un Sam préposé à tenir l’objectif plutôt que le comptoir !

D’ici là, j’ai le temps de négocier un article sponso avec Queshua.

Voilà. Je vous laisse sur ces mots, comme nous avons laissé notre assemblée après ce joli weekend ensoleillé, pour nous envoler à deux vers Majorque, pour cinq jours de rêve éveillé. Nous étions mariés.

ymum-blog-logo

 

 

Sarah

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

14 réponses sur “And I said YES”

    1. haha Bridezilla, je ne connaissais pas mais le terme est tout à fait adéquat ! Et oui, c’était une super journée, j’ai couché tout le monde le sourire jusqu’aux oreilles 🙂 ! Merci pour ton commentaire !

  1. Moi j’aime c’est rock, c’est naturel et c’est spontané.

    Tu sais je n’ai pas eu une grand grand mariage et pourtant quand c’est préparé un an à l’avance on perd un peu de cette spontanéité, tout est prévu et surtout il faut faire plaisir aux gens autours, au risque parfois de s’engueuler !
    Tu m’invites pour 2020 ? ah ah je rigole,
    bise à toi et merci d’avoir joué le jeu.

    1. Hahaha pourquoi pas, si tu es motivée par le campement en fond de jardin 😉 ! Merci pour ton commentaire, il est vrai que c’est un des avantages qui m’avait traversé l’esprit, je me doutais que si nous attendions trop, il nous faudrait sûrement faire des concessions en fonction des désirs et suggestions de chacun. Là au moins, nous leur avons coupé l’herbe sous le pied ! Mais j’ai hâte de refaire une fête un peu plus préparée :-).
      Bises

  2. Wahou! Ca correspond tellement bien à l’image que j’ai de toi! Non conformiste, passionné, bohème avec classe! Un mariage comme une petite part de moi aurait secrètement aimé en avoir un…mais je suis partagée avec l’autre part de moi beaucoup plus classique et traditionnelle! En tout cas ça me fait autant rêver voir plus que les mariages meringues. Et puis un 2ème round à venir! J’adore! C’est génial!

    1. Haha j’adore la vision que tu as de moi, c’est quand même bien sympa l’anonymat 😉 !
      Et bien tu sais, si 2ème mariage il y a, c’est que justement, celui-ci m’a donné envie d’en faire un un plus « théâtralisé » (on se prend vite à rêver, une princesse à paillette sommeille en chacune d’entre nous), mais surtout de prendre des photos, car nous n’avons presque rien de cette journée (où à 14h, tout le monde était bourré hahaha). Et rien ne t’empêche d’organiser une grande fête anniversaire un de ces quatre, avec tes poulettes et tous vos proches (les plus proches), sans l’obligation d’inviter le cousin Machin, marié avec la belle soeur de grand tonton Bidulle, sans l’obligation de se conformer à quoi que ce soit, et de le vivre avec tellement de liberté ! Je crois que je vais lancer une tradition, tiens ! Que chaque mariage soit une grande répétition générale, et que chaque année nous permette à nouveau de le célébrer ! 😀

  3. Génial ! Ce mariage à l’arrache a l’air d’avoir été tellement à ton image, à votre image !

    Comme quoi, à chacun ses choix, ses envies, tant qu’il y a de l’amour ce sera une merveilleuse union !

    Je vous souhaite encore pleins de bonheur devant vous et un merveilleux remariage en 2020…

    Virginie

    1. Merci pour ton commentaire ! Oui, un mariage pulsionnel, comme nous avons l’habitude de vivre en somme… Et vivement 2020 pour refaire la fête comme il se doit, en toute légitimité ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *