Perdre du poids grâce à mon smartphone, c’est possible ?

perdre-poids-smartpone-iphone-regime-reequilibrage-alimentaire-grossesse-thyroide-maigir-manger-bootsandpepper-boots-and-pepper

(la troisième va vous surprendre…)

Alors je te vois déjà venir, cher (et pourtant mesquin) lecteur (Poke @MamanBCBG et @3enfantsen3ans) : eh oui !!! Elle donne dans le putaclic, bouuuuuuuhhhhhh la vilaine. Et elle l’assume. En plus.

Surtout pour la troisième. La troisième quoi ? Dieu seul le sait pour l’instant, mais ce que je peux t’assurer, c’est qu’elle sera incroyablement étonnante (et détonnante) (spéciale casse-dédi à la super graphiste @milay qui adooore ce genre d’entrée en matière). D’autant que je m’en vais t’offrir mon grandiloquent…

TOP 2 des applis qui t’aideront à perdre du poids

(oui, je n’en sais testé que deux. Mais la troisième va vous surprendre, vous suivez toujours ?)

Donc non, je ne vais pas t’expliquer comment transformer ton doudou smartphone en altères 2.0, car malgré les 4862 photos stockées avec amour (dont 4837 photos ratées que tu as oublié d’effacer), le poids de la bête risquerait malheureusement de ne pas suffire à une bonne session d’exercices physiques dignes de Véronique et Davina. Je ne vais pas non plus te conseiller de bidouiller un genre d’alarme incendie wifi, qui se mettrait à pousser des hurlements stridents à la moindre tentative d’ouverture du placard à biscuits (quoi qu’à mon humble avis, on la tiendrait, LA fameuse troisième surprenante et diablement efficace).

Mais avant toutes choses, back to the origins !

Deux enfants en trois ans, couplés à une thyroïde un peu feignasse, un douteux rythme circadien prônant l’alternance 3h de sommeil / 21h d’errances maternelles (dans le plus grand épanouissement s’il-vous-plait-merci) depuis une bonne grosse année. On ajoute, pour le plaisir (cf. notre ami Rufo), un allaitement à rallonge (que celles qui maigrissent en allaitant m’expliquent, pour ma part, j’ai l’impression d’avoir ingéré le Gulf Stream (et je ne parle pas QUE de la cellulite)). On termine ce mirifique tableau avec un périnée plus que dépité, et on imagine tout à fait l’état de délabrement d’un corps affichant +17 (ou +20, selon les jours de la semaine) kilos au compteur. Là… (#NEEDAHUG)

Je ne cherche pas à me trouver des excuses, je dresse juste un sympathique petit bilan. A m’en donné, force est de constater qu’il va peut-être falloir se faire aider.

Etape 1 : l’endocrinologue

Bah oui, on commence soft (et remboursé, honte à moi). Sauf qu’après m’être fait prescrire des légumes le soir (ah bon ?) et des cachetons étranges à base de suc gastriques d’obscurs animaux et d’artichauts, je me suis dit que non, définitivement…

Etape 2 : La diététicienne nutritionniste

La plus proche sur Google Maps. Etrange. Je réalise en y allant que sa démarche est très space. Membre du G.R.O.S. (ne rie pas, cela existe vraiment), elle m’explique que je ne dois pas DU TOUT me restreindre. Et ne pas faire de sport. Je dois juste essayer de me reconnecter avec ma sensation de faim. Ok. Bonne élève, j’essaie. Bilan après 3 mois : RIEN. Ah si, je sais que je mange même quand je n’ai pas faim. Surtout quand il s’agit de mikados ou de sessions chez le fromager… Autant économiser pour s’offrir un bon chardonnay !

Etape 3 : La diététicienne nutritionniste (une autre)

Conseillée par ma médecin G. Manque de pot, cette-dernière est en congés, elle me renvoie vers sa remplaçante. Et là, je me retrouve face à une nymphette de 23 ans, qui me regarde d’un air bovin, en me rédigeant une journée type d’aliments à peser, et ingérer. Pas très funky, comme tu le pressens, la journée… Et pas d’écarts s’il vous plait.

Je lui demande gentiment si, dans le cas où je serai d’humeur aventureuse, il serait dramatique de me rabattre sur un fruit et un yaourt en lieu et place des deux sacro saints krisprolls recommandés chaque matin. Malheur, elle tremble de partout : « Vous voulez que je vous propose une seconde journée type??? Car ça change absolument tous les apports énergétiques ».  Trop peinée de la plaquer après cette piteuse déconvenue, je lui envoie, de la manière la plus lâche qui soit, un sms de rupture quelques jours plus tard. Elle me souhaite bonne chance. Le cynisme n’est pas son fort.

Etape 4 : Le mec relou (kiné ascendant culpabilisant)

Celui-là même qui, rentrant aux alentours de 20h05, lorsque tout le monde est nourri, débarbouillé, lavé, langé, enpyjamaté, ET endormi, nous regarde d’un air pédant : « Quoi ? Tu manges 17 grammes de baguette blanche ??? Mais malheureuse, pense donc à ton index glycémique, et le pic d’insuline que cela va engendrer ! Regarde, moi, je suis au régime depuis 42h, je suis un dieu, je sais quoi penser, quoi dire et comment me nourrir, prends donc exemple, jeune Padawan… ». A part lui jeter la panière à linge sale ainsi que ton regard le plus foudroyant, je ne vois pas quoi proposer…

Etape 5 : Me, myself, and I. Et mon smartphone

On se retrouve entre nous, y’a que ça de vrai. Doudouphone, ma graisse et moi, on s’en sort pas mal, jusqu’à maintenant. Pas de dispute intempestive, aucune once de jugement. De jour comme de nuit. Alors pourquoi ne pas tenter (aussi) cette aventure ensemble ?

Le fameux top 2 des applis pour perdre du poids

Avec du mystère, des secrets dedans, des acronymes et de l’anglais.

A la seconde place : Le secret du poids

LSDP, pour les intimes.

Bon, je voyais passer des commentaires dithyrambiques depuis quelques mois sur les réseaux sociaux… Diablement efficace, il semblerait. D’autant qu’il ne s’agirait pas d’un régime, mais d’un rééquilibrage alimentaire. Banco, testons donc…

L’idée de base : tu entres dans ta magnifique application rose fushia le nombre de kilos que tu souhaites perdre, cela calcule le nombre de calories qu’il va falloir « économiser » pour solder ta « dette ». Pour ma part 119 000 kcal. Aheum, la motivation en prend un coup. Avec pour limite 1800 calories par jour. On est donc dans de l’hypocalorique. Heureusement, le petit coach en bas de l’écran me fait de grands sourires enjôleurs et m’exhorte à me lancer dans cette guerre contre les calories avec joie et bonheur. Soit.

Ensuite, repas après repas, jour après jour, tu déposes dans ton « panier » les aliments consommés. Bon point pour les illustrations et photographies, qui te donnent une idée sur la quantité présente dans ton assiette (pas besoin de peser). Il y a une large gamme d’aliments au choix, ainsi que des petits trucs bien pratique (type Starbucks ou traiteur chinois). Tu peux également enregistrer des recettes de ta composition, ou piocher dans celles qui te sont proposées.

Pas bien : après quelques heures d’utilisation (la patience étant ma plus grande qualité), il faut bien se rendre à l’évidence : les portions présentées sont plus que congrues, et fortement culpabilisantes… D’autant que l’on te propose de cocher « 1/2 » ou « 1/4 » pour réduire (encore plus) l’apport calorique. J’ajouterai que l’application ne connaissant pas l’existence des panais, mon agacement s’est fait sentir dès le premier diner (c’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup).

On s’accroche, néanmoins. Et là, malheur ! 20h et des brouettes : j’en arrive à 1389 calories d’apport énergétique, et l’application m’incite à ne pas terminer mon repas !

LSDP-le-secret-du-poids-smartphone

Alors là, je trouve que ce genre de méthode  devient dangereuse (voir carrément scandaleuse). Le suivi n’étant absolument pas chapeauté par un quelconque professionnel de santé ou paramédical, n’importe qui peut se lancer dans ce « rééquilibrage », y compris ta petite voisine de 13 ans et demi. Derrière ce « rééquilibrage alimentaire » (atchoum !) , on nous balance en réalité un régime basique hypocalorique. Si le but de l’appli est de nous transformer en phobiques anorexiques, y’a de l’idée. Pour le reste, donc, on repassera.

Sur la première place du podium : Fat Secret

Tant de mystères, encore une fois….

Le principe reste similaire, au cours de la journée, on sélectionne les aliments que l’on met dans son assiette MAIS :

  • On enregistre un profil précis, avec sexe, âge, poids, activité physique, heures de sommeil et de repos, objectifs (perte ou prise de poids, maintien, etc). Le nombre de calories journalier s’adapte en fonction de ces différents critères, et n’est donc pas arbitraire ! On est loin des 1800 calories maximum du Secret du poids.
  • L’organisation se fait par repas, on peut donc enregistrer un repas et le répéter les jours suivants (pratique si vous êtes psychorigide du petit déjeuner, comme ma seconde nutritionniste, notamment).
  • Pour chaque aliment, il n’est pas juste indiqué l’apport en calories (les diaboliques), mais les nutriments essentiels : un graphique permet donc de s’assurer que l’on a bien les apports suffisants en protéines, glucides et lipides.
  • Si ce que tu manges n’est pas dans la liste, tu peux l’ajouter manuellement, voir même scanner l’étiquette, et tu rends un chouette service à la communauté (si un jour, tu veux checker du Vita Coco, remercie moi…).
  • Pas de coach, mais personne pour nous juger  (à part nous-même), ou les autres détenteurs de l’appli (personnellement, le côté communautaire m’angoisse un peu, je n’ai donc pas été m’aventurer sur ce terrain).
  • Dans l’éventualité où tu serais maniaque de l’organisation et des comptes en tous genres, tu peux même te faire envoyer par mail le rapport complet de tes prouesses gustatives. Et l’envoyer à tout ton carnet d’adresse. Et l’encadrer.

En bref, une appli beaucoup moins girly, utilisée également par certains humains de sexe masculin de mon entourage, et qui propose plus une « (ré)éducation alimentaire » qu’un véritable régime. Personnellement, cela me permet de me remettre sur les rails après des périodes orgiaques type été ou fêtes de fin d’année… Je l’utilise une semaine ou deux, et j’abandonne dès que les bonnes habitudes sont prises.

Cette appli m’a beaucoup aidée à garder le cap afin de manger, non pas moins, mais plus équilibré, et plus en adéquation avec mes besoins.

Voilà ! J’espère que ce petit billet aura pu t’apporter quelques bonnes idées.

Et toi, as-tu testé ce genre d’applis ? Qu’en as-tu pensé ? Et surtout : est ce que cela t’a apporté ce que tu étais venu y chercher ?

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

14 réponses sur “Perdre du poids grâce à mon smartphone, c’est possible ?”

  1. Hello,
    la lutte contre les kilos en trop… Tout un programme !
    J’hallucine en découvrant ton appli rose bonbon et je ne sais pas trop si je dois rire ou m’inquiéter. Comme tu le dis rien n’empêche l’ado de 13 ans de se faire des nœuds au cerveau avec…
    Perso j’essaie surtout de manger équilibré mais promis si je trouve une appli miracle je te fais signe 😉

    1. Haha ne cherche pas trop, je pense qu’avec un peu de bon sens on s’en sort très bien ! 😉 Mais je trouvais important de parler de cette appli qui fait beaucoup parler d’elle et que je trouve assez dangereuse au final…
      Après, si tu trouves une appli qui fait maigrir en mangeant du chocolat, pourquoi pas 🙂 ! Bises

  2. Tu m’intéresses, j’ai à peu près les mêmes « excuses » que toi (grossesses, allaitement qui non ne fait pas maigrir, fatigue et nuits courtes…). Et j’utilise une appli un peu similaire, Fitatu, qui permet de faire le point sur tes apports de la journée. + une appli de gym
    Bon courage, bises !

    1. Ah merci du du tuyau, j’irai regarder cette appli :-). On se trouve souvent de bonnes excuses, et au final, on a bien raison… Un peu de bienveillance envers soi ne fait pas de mal, et nous devons aussi profiter de cette moelleuse parenthèse qu’est la maternité ;-). Bon courage à toi également ! Bises

  3. J’ai testé LSDP, l’appli m’a soulé dès le premier jour aussi et pourtant j’ai tenté 2 fois… C’est beaucoup trop long et contraignant et le 1800 Kcal tu ne sais même pas d’où il sort.
    J’ai arrêté l’idée de perdre du poids, on verra après bébé 2 car j’ai pas envie de ruiner tous mes efforts en 9 mois 😉

    1. Haha nous avons la même patience à ce que je vois ! En tous cas, tu as bien raison d’attendre, c’est ce que j’ai fait et je ne regrette pas du tout ! Pourquoi ruiner tous nos efforts, autant profiter et rester moelleuses pour nos bébés ;-).

  4. Ahah! Tu m’as fait rire mais tu as tellement raison ! Jai essayé le secret du poids alors evidemment. Et jusque-là, j’ai perdu 2kg et ses brouettes. Par contrz, je te l’accorde, mal utilisée, l’appli plus etre dangereuse. Pour moi, 1800 kcal c’est 1800 kcal un peu plus mais jamais moins ! #labouffecestlavie on les vaincra ces kilos en trop. Je n’en doute pas !
    Marine

  5. …et le troisième?!

    Non je rigole mais c’est super intéressant. Il faudrait que je m’y jette comme tu dis, j’ai évidemment la grosse flemme et gourmande comme je suis je pense vraiment que la clé c’est un rééquilibrage alimentaire plus qu’un régime. Je pensais à un weight watcher mais du coup je découvre cette appli, je vais aller voir ça de plus près. Merci!

    1. Oh s’y mettre… Pas forcément, moi c’est surtout que + 17 kg sur 1,57m c’est un peu compliqué à gérer :-D. Tant que l’on se sent bien, et que la santé va, pas besoin de s’obliger à quoi que ce soit! Si tu testes l’appli, tu me diras ce que tu en penses ? Bon, comme le dit Clarisse, il ne faut pas que ça tourne à l’obsession, mais ça nous permet de réaliser les « petits écarts » qui passent inaperçus, comme goûter la fin de l’assiette de nos enfants, manger un bout de pain, etc.
      Bises

  6. Ce qui est certain c’est que tu m’as bien fait rire dans ton article !
    J’avais essayé des applications pour noter ce qu’on mange mais après on devient un peu une obsédée des calories et du comptage.
    Le mieux reste encore de manger équilibré (chose pas toujours facile car une fois que l’enfant a mangé je prends ce que j’ai sous la mains), et de limiter le sucré (dixit la fille qui ne peut se passer de chocolat depuis la grossesse) et de faire un peu d’exercices 😀

    Allez je rigole mais malgré tout je fais partie des chanceuses car avec ma première grossesse je n’ai pris que 8,5kg que j’ai perdu quelques jours après l’accouchement !

    1. Ahhh tant mieux s’il t’a fait sourire, je peux donc parler régime sans déprimer tout le monde, c’est bon à savoir ;-).
      Je suis d’accord, l’obsession du comptage peut vraiment être invivable, mais parfois, une petite piqure de rappel sur quelques jours m’aide à reprendre de bonnes habitudes (ou perdre les mauvaises, comme piocher une cuillère de carottes froides dans l’assiette de ma fille en la rapportant dans la cuisine… Car est-ce vraiment appréciable de manger cette cuillère de carottes froides???).
      Bon et cela étant, j’ai arrêté d’allaiter depuis 3 semaines, et je vois déjà ma silhouette s’harmoniser sans changer grand chose à mon hygiène de vie, donc je pense qu’avec de la patience, tout rentrera dans l’ordre (fichues hormones 😀 ).
      Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *