Partir quelques jours seule à Paris…

traverser-paris-ballet-taxis-efluent-efluent6-efluentgames
Photo by @Monchataimelaphoto

Dans quelques semaines, se profile un voyage que je ferai seule avec moi-même. Deux, trois, peut-être quatre jours en tête à tête avec celle que je n’ai pas croisée depuis quelques années.

A l’origine de cette courte parenthèse, on trouve une invitation à un salon. Mais le hasard du calendrier faisant bien les choses, j’en profiterai pour faire un saut à Montreuil, feuilleter des livres, laisser mes yeux s’écarquiller, poser des questions, écouter, dévorer… Et aller voir l’une de mes meilleures amies, qui sera très certainement la tête sous l’eau, le ventre vide, les bras sous les couches, à la fois cernée et émerveillée. Une bien belle occasion, en somme…

Ce temps pour soi, à marcher en talons (sans crouler sous le poids de mademoiselle Hannah), sans penser, sans rien devoir, cela fait bien quatre ans maintenant, que je n’ai pu me l’accorder. Alors les hésitations, les appréhensions n’auront pas leur place ici : il faut partir, afin de mieux leur revenir, enfin revigorée.

Au fond du placard, une minuscule valise attend sagement depuis trop longtemps. On n’y loge presque rien, et tant à la fois : un ordinateur, un casque et une playlist, trois fringues et un bouquin.

Avion ou train, qu’importe, tant que ce temps m’appartient, tant que les pensées peuvent s’évader, le front collé à la fenêtre, le coeur léger, à rêver de ces instants… Et puis marcher au gré du vent, seule, dans Paris, ne pas regarder la montre, ne pas regarder la nuit. Vivre, simplement, vibrer et respirer.

Peut-être fera-t-il froid, le vent fera rosir les joues, les doigts se tortilleront au fond des poches à la recherche d’un peu de réconfort, les nez se tapiront sous d’immenses écharpes tricotées. La nuit tombera tôt, les lumières prendront la relève, mais mes pieds sauront me guider pour errer là où je n’ai pas prévu d’aller.

Il y aura certainement quelques retrouvailles sur un bout de comptoir, quelques souvenirs échangés à la faveur d’une fenêtre entrouverte, quelques rencontres et découvertes, des trajets en métro les yeux fermés, et peut-être une ou plusieurs soirées arrosées.

Alors oui, ce voyage est une excuse. Une douce excuse, pour renouer avec ces années effilochées, pour prendre le temps de soupirer, de savourer chaque pavé, de trainer des pieds, tout doucement, en remontant la rue Ménilmontant.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

17 réponses sur “Partir quelques jours seule à Paris…”

  1. Ça va être chouette ! C est drôle j’habite porte de Montreuil ! Moi sur cette periode je serai a New York avec l Ado. Un grand voyage en tête a tête, une folie au niveau de mon budget mais un immense kif et des souvenirs à la pelle!

  2. J’ai vécu à Paris beaucoup moins longtemps que toi mais à chaque fois que je remonte certaines sensations me reviennent. C’est comme si j’avais laissé une partie de moi là haut et que je ne la retrouvais que lors de mes visites. La prochaine est dans 8 jours. En attendant c’est un mélange de d’impatience et d’appréhension.
    Tu les as bien mérités ces quelques jours. Profite et revigore toi à coups de talons sur le pavé. :*

    1. Un an d’immersion totale, c’était quand même déjà une belle parenthèse… Assez pour faire sien des tas de petits recoins, alors j’imagine tout à fait ce que tu dois ressentir. C’est chouette que tu montes sur Paris dans quelques jours, tu y vas pour le boulot ou pour des vacances ? Bises de ma part à la place des Abbesses 😉

    1. Toujours pas, je pense que ça peut prendre deux semaines dans le meilleur des cas (c’est cool en revanche, c’est acté pour toi). Etant donné que je ne bosse pas le jeudi et vendredi, je vais essayer de me prévoir des petites prolongations 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *