6h15

6h15-bootsandpepper-boots-and-pepper-journee-famille-maman-travail-ecole

Se lever à 6h15

Allumer le four, remplir la bouilloire. Mettre une demie baguette à décongeler, deux mugs à infuser.

Préparer deux tartines de pain beurré, deux biberons, et marcher sur la pointe des pieds. Se doucher, très vite, trébucher sur un sac à dos éventré, ramasser un bol de céréales par terre, et chercher ses clefs.

S’habiller, tartiner, rattraper au vol un verre d’eau et se coiffer. Remplir son sac de bouquins, d’une trousse, enlever le train en bois qui s’y était caché.

Penser au goûter, ouvrir les placards, attraper un sachet de biscuits et culpabiliser.

Changer de chemise (rapport aux biberons volants, on ne se méfie jamais assez). Tenter d’avaler un bout de pain, débarbouiller, changer la couche, habiller (4 bras, 4 jambes, 4 têtes (oui je sais compter)).

Chercher les doudous, mettre les manteaux, les chaussettes, partir en courant à l’école, et oublier son téléphone.

Déposer les gnomes, faire huit bisous, trois câlins, douze sourires et s’en aller en secouant la main. Enfourcher son vélo, pédaler comme une dératée, griller un feu rouge et transpirer.

Faire la queue devant la photocopieuse au milieu de 9 collègues à cran, et visiblement très pressées. Faire finalement 27×3 photocopies, oublier l’original, se faire engueuler et massicoter. Courir, courir, rassembler, dire quelques mots doux, attendre le calme, aider à se ranger.

Monter deux étages, écrire au tableau, parler, écouter, effacer, gronder, demander, rire, répéter, expliquer, encore, encore, encore. Ne pas oublier le mot du jour en anglais. Manger un sandwich en écrivant un extrait du Livre de la jungle à la craie.

Descendre dans la cour, accueillir,  rassurer, mettre du froid sur des bosses, réconcilier, rassembler, remonter les escaliers, lire, répéter, dire, courir, marcher, trébucher, faire tomber, préparer, dire au revoir, ranger, effacer le tableau, faire 27×3 photocopies, valider les projets cinéma, faire les vœux des projets parcours des arts, rencontrer une maman, et assister à la réunion de rentrée de l’école.

Animer sa propre réunion, parler avec dix parents, faire le point avec ses collègues sur la programmation de l’année, faire du vélo, se battre pour trouver un emplacement libre dans le local, monter les escaliers 4 à 4, faire des bisous, des câlins, manger ensemble, raconter et écouter.

Lire trois histoires, chanter trois chansons, dire bonne nuit, bercer, sortir, revenir, caresser un front, sortir, s’asseoir. Se lever, redonner doudou, faire un bisou, et s’éloigner. Regagner le canapé. S’asseoir.

S’a-ss-eoir. 14h plus tard.

On le tient peut-être, le régime miracle…

{Cet article est relayé par le Huffington Post, vous pouvez le consulter ici.}

Rendez-vous sur Hellocoton !

37 réponses sur “6h15”

  1. Et une maman qui travaille ça peut aussi être une maman qui dort un peu plus longtemps parce que son mari se lève plus tôt pour préparer les trois enfants, faire les tartines de Nutella, gérer la crise de la chaussette qui manque, le goûter dans le sac et tout ça en silence et sans prendre de douche pour laisser maman dormir un peu… et puis le papa prépare aussi le petit dej de sa femme pour que quand elle se lève elle puisse profiter d’un peu de temps pour elle, sur la terrasse au soleil, avec les petits oiseaux…il lui prépare aussi son panier repas du midi et assez souvent y cache un petit mot d’amour ou une petite douceur qui va faire naître un sourire.

    Le midi c’est papa qui récupère les trois nains à la crèche ou à l’ecole et qui s’occupe du repas…

    Et puis bien sûr il y a le linge, le ménage qu’il gère en même temps que son job d’infographiste à la maison avec ses clients qui veulent tout, tout de suite…mais il est déjà l’heure de de retourner récupérer les gnomes…et re-gouter et re-course et les devoirs… et, ha ! Tiens, il faut publier tout de suite le site web d’un client pressé !!

    À 18h préparation du repas, avec la petite dernière qui déboule pour demander de recoudre la patte de nounours ! Papa s’en occupera pendant que les filles joueront dans le bain et puis après il mettra du baume démêlant dans les longs cheveux bouclés de ses filles et essayera, avec succès, de défaire ces méchants noeuds sans faire trop de mal…

    Quand maman rentre, tout le monde est propre comme un sou neuf, prêt à passer à table… après le repas, brossage de dents pendant que maman fume sa clope dehors, et puis passage en revue des habits du lendemain, du sac à ne pas oublier et puis une petite lecture…maman monte faire son bisou du soir…tout est ok.

    Papa et maman passent quelques minutes devant la télé et discutent de leurs journées respectives. Bien sûr Maman a plus de choses à raconter sur sa vie de bureau, sur la route pour y aller… papa c’est la routine, le quotidien…

    Mais il est déjà 22h30, papa doit bosser sur l’affiche qu’il doit envoyer à l’imprimeur demain au plus tôt… il bossera jusque 2h, 2h30 du matin…coup de bol il n’a pas besoin de beaucoup de sommeil… et à 6h30 c’est lui qui se lèvera pour laisser à maman quelques minutes de sommeil encore…

    Cette histoire totalement vraie pour dire que oui, les mamans sont extraordinaires, aucun problème là dessus, celui qui dirait le contraire serait un con mais, mais, mais…il y a des papas qui s’en tirent pas mal quand même !! Et généralement on nous sort alors « ben c’est normal que tu assumes ton rôle de père, c’est la moindre des choses… ». Je ne suis pas un sur-homme et je n’attends pas qu’on m’applaudisse mais certains discours « je-suis-une-maman-qui-travaille-whaou » me gavent un peu… on est une équipe, c’est en équipe que les enfants ont été conçus jusqu’à preuve du contraire donc on fait en sorte de s’en occuper en équipe, si on ne fait pas l’effort pour mettre en place ce travail d’équipe pour s’occuper des enfants, on ne vient pas se plaindre.

    1. Merci pour ce témoignage, comme quoi nous sommes nombreux à vivre (d’une manière ou d’une autre) les mêmes journées, le sourire aux lèvres et sans se plaindre, car cette vie si remplie, nous l’avons choisie ! 😊

  2. Et j’ajouterais: s’asseoir, souffler, porter le verre de vin à ses lèvres …. Et voir la porte du salon s’ouvrir sur une petite tête toute gênée … « J’arrive pas à dormir… » Se lever, remonter dans le lit superposé, refaire un câlin, et espérer très fort que l’ange trouvera le sommeil au plus vite. Partir sur la pointe des pieds. Préparer sa journée du lendemain. Se coucher à minuit. Ne pas s’être détendue devant un bon film ou avec son bouquin.

  3. Votre article m’a beaucoup touchée…
    Encouragements d’une maman de 2 garçons extraordinaires, récemment reconvertie dans l’Education Nationale à 44 ans!

    1. Merci beaucoup pour votre retour ! Et encore une personne touchée par le fabuleux virus de l’enseignement ;-), je vous souhaite de belles vacances avec vos deux garçons, et du courage pour ce si joli marathon qu’est l’année scolaire .

  4. Bon je commence à douter de ma reconversion … Cela dit, je crois que je préférerai ça plutôt que regarder les heures qui passent en remplissant des power point et des excel pour des abrutis qui pensent qu’ils dirigent le monde parce qu’ils ont vendu plus de frigos qu’Amazon le mois dernier. (Oui comme tu le vois, j’ai très très envie de reprendre :-P).
    Et puis si en bonus je peux perdre mes kilos tenaces, que demander de plus 😉
    Sérieusement, je suis toujours en plein questionnement, mais pas trop le temps de venir discuter en ce moment (trop occupée à courir sur le chantier …) Vivement le 28 novembre !!!

    1. Haha je vais venir à bout de ta motivation ;-D. Cela étant, pour avoir aussi bossé dans un bureau à remplir des tableaux Excel, je t’avoue que mes journées sont légèrement plus passionnantes maintenant ! Et surtout, je suis heureuse et fière de moi le soir (c’était un besoin vital, je crois que tu le partages d’ailleurs). Bon en revanche, pour les kilos, j’ai trop tendance à tomber sur la plaquette de chocolat au moment de l’effondrement, ce n’est donc pas encore gagné héhé. ET VIVEMENT LE 28 !!! J’ai mes billets, et je me suis même acheté un nouveau casque pour pouvoir écouter de la musique SEULE pendant des heures dans le train ! Bonheur ! Bises

  5. J’ai adoré ta chute! Pour le reste, j’adore le texte mais par le sens, évidemment…j’avoue que mon rythme est plus cool, je commence plus tard avec des horaires « fixes » et puis surtout mes filles sont plus grandes, donc ça me pèse moins, au final des fois (comme en ce moment) quand au bureau c’est calme, c’est même plutôt reposant d’aller bosser vu que je peux bloguer ;o)

    1. Je veux bien te croire ! Pour avoir bossé en bureau aussi, ou même en restauration, il y a toujours des moments où l’on peut souffler un peu, ou en tous cas, au moins se mettre en mode avion :-D. Mais devant 27 loupiots, le rythme est un peu différent ! Mais je ne me plains pas, les journées filent à une vitesse folle, et ils me font marrer ! On passe de beaux moments, alors ça vaut cette course folle (mais j’envie tes 18 mois d’avance 😉 ). Bises

    1. Zazimutine,
      On se ressemble toute les deux… malgré tous le mal que je pense de l’éducation nationale et de la formation des prof et de la pédagogie… pouarf. J’arrête. C est décidé je passe le crpe en 2019. C est ma vocation profonde je crois … sinon pourquoi une telle passion pour les questions éducatives ?

  6. Très belle synthèse du rythme de maman !! C’est vrai qu’avec un régime comme ça, on devrait avoir une super forme ! Et dire que le week-end, ça ne se ralentit qu’un tout petit peu ! 😉
    Mais en même temps, quand ils ne sont pas là, on se demande bien quoi faire !

    1. Mais exactement !!! Ce moment improbable (sieste synchronisée, par exemple), où affalées sur le canapé, on ne sait même plus comment faire pour… Ne rien faire justement ! Alors vive les weekends, les vacances, parce qu’au moins, même si on court, ce n’est qu’après nous même 🙂 Bises

    1. Le verbe fort du jour, mais quelle cruauté… 😀 J’ai des souvenirs impérissables de ma prof d’allemand, PP de la 6ème à la 3ème, nous l’appelions Maman… Malgré les pochettes cartonnées avec des centaines de verbes à réciter inlassablement, les 20 phrases de traduction et de versions quotidiennes… Tu seras donc ma Madeleine ! (Et pour l’histoire, j’ai aussi une fois fait jaillir un esquimau en bois de ma poche en pleine salle des profs. Solitude totale. Seule toi peux me comprendre. Amen).
      Et si on ouvre un club, tu seras notre étendard ! Mouarf (c’est un bruit de bisous sur les joues) ! Bon courage pour la semaine à suivre.

  7. Et sur ce bel article… Bon lundi !^^
    Bon sinon en te lisant je réalise que ce n’est pas facile et je me demande quand (ben oui à quel moment ?) on nous laisse le temps de vivre tout simplement dans ce monde qui court souvent beaucoup trop vite pour nous (en tous cas pour moi^^) ?
    Je vois que toi aussi tu manges à l’arrache en travaillant… Mais non, le monde est fou^^
    Vivement les vacances 😉

    1. Oh oui, nous vivons à un rythme effréné ! Bon, je sais que cette année j’ai de la chance, je m’offre le luxe d’un temps partiel et cette course contre la montre s’apaise pour moi les jeudis et vendredis… Mais tout le monde n’a pas cette opportunité ! Et donc je ne suis pas la seule à manger debout à une main, limite à cloche pieds pour ne pas perdre une seconde de ce précieux temps ? 😀 Comme tu dis, vivement les vacances !!!
      Bises

    1. Haha si seulement ! Mais avec tout ça, on ajoute la popote avec mon cher et tendre, une ou deux séries, quelques preps pour les cours du lendemain, un ou deux réveils nocturnes… Et le rêve d’une vie meilleure dans 12 ou 15 ans 😉 ! Bises

      1. Nous sommes toutes a peu près dans le même cas ! Je me suis mise à 80% pour avoir plus de temps pour moi … C’est raté. Je gagne moins… et la plupart du temps je passe mes mercredis à faire du ménage ou à me rendre à des rendez- vous que je ne peux pas caller à d’autres moments

        1. Oh oui j’imagine que ta seule journée doit être bien remplie ! Pour ma part, j’ai la chance d’avoir encore un complément de salaire jusqu’au 3 ans de ma fille, ça penche sérieusement dans la balance, soyons clairs… Et pour l’instant, je passe mes jours off le nez dans les machines, chez le pédiatre, ou au marché ! Mais il faut arriver à se ménager du temps. Cela dit, je ne suis plus sur Paris, quand on enlève le facteur transports, la journée s’allège d’autant plus ! Courage, bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *