It’s a mum, mum’s life… (TAG Ma vie de Maman)

Ma vie de Maman

maman-toulouse-blog-boots-and-pepper-bootsandpepper-mum-mumlife-child-childhood-enfant-enfance-kid-kids-life-vie-tag

Sur l’invitation de la belle et talentueuse Frau Pruno, je me plie avec plaisir à cet exercice, et vous livre ici en 12 points, quelques éléments sur ma vie de Maman… Somme toute assez banale, j’en conviens, mais a-t-on besoin d’avoir une vie originale pour être heureux (philosophie de comptoir, quand tu nous tiens…) ? (Et si ces doux portraits vous plaisent, je vous conseille d’aller lire ceux de Marie et Clarisse).

1 – Présente-toi en quelques mots, combien as-tu d’enfants ? Quels sont leurs prénoms ? Quel âge ont-ils ?

J’ai 34 ans, toutes mes dents, et je chausse du 38 pour 1,56m. Je n’oserais vous parler de mon stérilet, mais il règne d’une poigne de fer au fond de mes entrailles que j’espère dorénavant bien gardées.

Je suis également la mère de deux charmantes enfants, respectivement âgées de un et trois ans. Et de mon point de vue (peu élevé), ça fait beaucoup, en peu de temps… Il y a évidemment bon nombre de fratries à l’écart d’âge plus sportif, c’est certain, mais j’ai tout de même eu l’impression d’être enceinte ou d’allaiter (ce qui revient parfois au même) pendant la totalité des quatre dernières années.

2 – Avant de connaître officiellement le sexe de ton enfant, le connaissais-tu déjà au plus profond de toi ?

Je crois que j’avais envie d’une fille. Enfin non, j’avais envie d’une fille. Par facilité, peut-être… Peu importe.

Nous avons été fixés très tôt (avant la première échographie officielle, au cours d’un petit coucou impromptu, ce qui est peu commun je crois), alors finalement cette question ne s’est presque pas posée. A peine était-elle devenue réelle, qu’elle était déjà « elle ».

3 – Maman au foyer ou maman au travail?

Les deux. J’ai passé beaucoup de temps avec mes filles pendant leur première année de vie (chacune), et je reprends tout juste le travail à temps partiel. Autant dire que j’ai vraiment eu la sensation d’être à la fois au foyer et au travail. Les deux rôles supposent une force hors du commun, mais je dois avouer que le fait d’aller travailler est pour moi une vraie source d’équilibre. Je peux souffler, et profiter de quelques minutes seule pour réfléchir et me poser mille questions, ce que le quotidien à la maison ne permet pas. C’est surtout ce besoin fondamental de solitude qui a été le plus complexe à gérer pendant ces années de pouponnage, car être au foyer signifie s’occuper de la majeure partie des tâches familiales, tout en permettant aux enfants de bénéficier d’un vrai temps pour grandir et s’épanouir (sorties et activités). Bref, on a pas le temps de souffler !

4 – As-tu un objet ou quelque chose de symbolique faisant référence à tes enfants qui ne te quitte jamais ?

Je ne m’appesantirai pas sur les diverses sucettes collantes retrouvées avec joie et bonheur par mes élèves dans les poches de mon sac à dos, ou autres glaces en bois jaillissant de ma poche en pleine réunion parents-profs. Non, cela serait par trop peu anti-romanesque.

 

maman-toulouse-blog-boots-and-pepper-bootsandpepper-mum-mumlife-child-childhood-enfant-enfance-kid-kids-life-vie-tag

 

Je préfère donc vous parler de la médaille Delphine Pariente que je porte autour du cou. Il y est gravé « Summertime », en souvenir de la chanson qui a accompagné la naissance de mon ainée, et pour cette impression de vivre en ce moment cette saison de ma vie, à la fois foisonnante, riche, brûlante et épuisante, mais qui n’attend que le souffle des premières brises fraiches pour briller à tout jamais (je m’égare, pardonnez-moi).

5 – As-tu déjà vécu une situation où ton instinct de maman a pris le dessus ?

Des centaines, je pense. En devenant mère, j’ai eu la sensation de renouer avec mon esprit animal. La fatigue aidant, je me suis vue agir avec les tripes plus que la raison, j’ai appris à faire confiance à mes émotions, et admettre que mes enfants avaient bien plus à m’apprendre que moi-même, finalement. Tout se complexifie, et se simplifie à la fois. Etrange paradoxe de la maternité…

6 – Fais-tu partie de ces mamans qui ont gardé leur test de grossesse ?

Pas du tout ! Tout d’abord parce que ce genre d’objet m’angoisse profondément (je n’ai jamais vécu cet acte avec sérénité), et ensuite parce que le côté urine momifiée ne me plait qu’à moitié ! Mais c’est une conviction tout ce qu’il y’a de plus personnelle, je n’émets aucun jugement envers celles qui les ont fait encadrer !!!

En plus, et je sais que cela est totalement stupide (mais on ne contrôle pas l’état de ses connexions synaptiques), je suis totalement hermétique à la croyance en la toute puissante réponse uréïque. Pour accepter mon état de baleine en devenir, il m’a toujours fallu une prise de sang. Et encore une. Et encore une. Et une échographie. Et sentir que ça bouge. Je pense être cette mère totalement paranoïaque qui a enfin vécu sa grossesse sereinement, une fois son mouflet bien vivant et criant dans ses bras.

7- As-tu du mal à te séparer des affaires de tes enfants ?

En tant que personne profondément matérialiste, je dois bien admettre que la première fois, oui.

Je savais que je voudrais d’autres enfants, et j’avoue y avoir été de ma petite larme en rangeant les premiers pyjamas trop petits en taille  1 mois. Après deux filles, force est de constater que les tâches de carottes et les genoux élimés m’aident à relativiser, j’ai donc envoyé  avec joie des colis à une de mes meilleures amies qui vient de se reproduire elle aussi !

8 – Un achat qui te trotte dans la tête depuis quelques temps mais que tu n’as pas encore fait ?

Un appareil photo. Pour faire de vraies photos. Avec focus, couleurs, flou artistique, tout ça tout ça… Mon jouet rien qu’à moi.

9 – On dit souvent que pour un premier enfant, on a du mal à acheter d’occasion. As-tu réagi différemment pour ton deuxième enfant ?

Pas spécialement. Certains achats sont pour moi indispensablement neufs (siège auto ou matelas par exemple), mais pour d’autres je suis moins psychorigide… Premier ou deuxième enfant, je n’ai pas fait de différences, et leboncoin m’a pas mal aidée à tester ce dont j’avais besoin (ou pas). Suis-je la seule personne à avoir été en possession d’une Tripp-trapp pendant à peine 24h ? Je l’ai tellement détestée que je l’ai revendue (plus chère hehe) aussi sec !

D’ailleurs, tout bien réfléchi, j’ai plutôt acheté d’occasion pour ma première fille… La deuxième fois, que je pressentais la dernière, j’ai su me faire plaisir avec les choses dont j’avais vraiment besoin.

10 – Un fait marquant depuis la naissance de tes enfants à nous raconter ? Qu’il soit heureux ou un peu moins …

Pas vraiment un fait, plutôt un état. J’ai l’impression qu’être devenue mère a été à la fois la chose la plus éprouvante que j’ai vécue, et à la fois la plus apaisante. Je ne me pose plus les questions existentielles qui avaient tendance à polluer mes humeurs auparavant, je vis, tout simplement…

11 – As-tu déjà craqué nerveusement depuis que tu es maman ?

Presque chaque jour, les trois premières années. Je commence à peine à reprendre mon souffle, mais ces deux enfants, si intenses (comme le sont tous les enfants) m’ont vidée. Je vous invite d’ailleurs à lire ce recueil de témoignages au sujet du burn out maternel, collectés par Lily, et ce billet sur les questions qui peuvent nous traverser l’esprit lorsque l’on devient maman.

12 – Voulais-tu plusieurs enfants avant d’en avoir ? Ton avis a-t-il changé depuis ?

J’en voulais au moins deux, peut-être trois… Il me semblait important, pour eux, de pouvoir partager leur vie avec au moins un frère ou une soeur. J’ai toujours su vouloir une fratrie, mais le nombre importait peu. Aujourd’hui, je pense être sûre de moi et vouloir m’arrêter là. Bien entendu, on ne sait jamais de quoi demain est fait, mais mes deux accouchements ayant été extrêmement compliqués, je n’ai pas le courage de remettre en jeu la chance que nous avons eu : elles sont deux, en bonne santé, à priori sans handicap particulier, je crois que je souhaite profiter de ce que nous avons, plutôt que de prendre le risque de tout bouleverser.

Voilà ! Ce sera tout pour aujourd’hui !

Comme la tradition le veut, j’invite ceux et celles qui le souhaitent à répondre à ces questions en commentaire, pour nous en dire un peu plus sur leur vie de parent. Et j’invite tout particulièrement « Kevin » Maman BCBG, Julie Our Little Kosmos et Vi Ne le dites à personne à relever ce défi si le coeur leur en dit !

Bises à tous et bon weekend !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

13 réponses sur “It’s a mum, mum’s life… (TAG Ma vie de Maman)”

  1. Et voilà ce qu’il se passe quand on arrête de procrastiner, on ne prend même plus le temps de lire …
    Et il va vraiment falloir que je m’y remette si je veux trouver le temps d’y répondre ! En tout cas c’est sympa de te découvrir aussi au travers de ce question / réponse (tu es exactement comme dans mes rêves). Et n’oublie pas d’être bien sage si tu veux que papa Noël t’apporte un appareil photo !!
    Et heu… la trip trapp c’est la chaise Stoke non? Nous on a bien adhéré pour le coup ! D’ailleurs on en cherche une pour le second, avis à la population 😉

    1. Oui oui, j’ai souvent du mal à me mettre à jour aussi… Et pour la Stokke, regarde sur leboncoin, y’en a plein. J’en ai même vu une abandonnée dans ma rue il y a quelques jours. Fuis moi, je te suis. Ce bon vieil adage… 😀

    1. Et pour moi ce sont les exercices les plus difficiles : en dire un peu tout en préservant l’intimité de ses proches :-). Merci pour la médaille, avoir une fille qui proclame si jeune son amour pour Janis Joplin, ça s’immortalise !

  2. Merci pour ton post qui pour celles qui ne sont pas encore maman permet d’avoir de bons conseils !
    N’hésite pas à visiter mon blog Alchimie Paris je vais m’abonner à ton blog 🙂
    Bisou

  3. Je me retrouve assez dans tes réponses.
    Effectivement, devenir mère m’a profondément reconnecter en mon moi intérieur, mes tripes .
    Et comme toi, c’est vraiment ma fille qui m’aide à grandir (d’ou le nom de mon blog 😂)

  4. Tu as tellement raison quand tu dis que nos loulous ont bien plus à nous apprendre que nous pour eux… Je ne me suis jamais autant remise en question que depuis que je suis maman ! Et je comprends tout à fait ton sentiment quand à une nouvelle grossesse… Quand tu as eu des accouchements très compliqués, cela refroidit clairement pour la suite !

    Virginie

    1. C’est vrai que j’avais lu ton billet qui parlait de ton accouchement difficile, je m’y suis beaucoup retrouvée aussi. Et je crois que je n’aurais pas le courage de revivre toutes ces angoisses ! Alors profitons de ce qu’ils nous apportent, eux qui sont deja bel et bien là 😊 ! Bises

  5. Génial, heureuse de lire tes réponses (même tardives!) à ce tag, que je trouve assez bien fait pour découvrir un peu la maman derrière la blogueuse.
    Tu soulignes bien cette ambivalence propre aux mères, ce paradoxe, coincées entre l’épanouissement total que nos offrent nos enfants, et parfois le sentiment d’étouffement passager de notre moi profond, qui se cache en dessous…Je crois qu’il faut quelques années avant de trouver son équilibre, mais quand on l’a, qu’est ce qu’on est plus fortes!

    1. Merci Marie d’être encore fidèle au poste (même le weekend 😉 ). C’est chouettes ces Tags, cela ne me serait pas venu à l’esprit d’écrire des choses si « intimes », mais une fois lancée on se prête au jeu et c’est plutôt rigolo ! Ce que tu dis pour l’équilibre est un point essentiel, je crois… Je commence à le trouver, et c’est vrai que tout devient plus limpide. Bises et bon weekend à toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *