Appelez-moi « Maîtresse »

Cela fait maintenant quelques semaines que ce blog a vu le jour. J’expérimente, je m’amuse, je bidouille… J’apprivoise mon nouveau jouet.

Ce matin, j’ai ouvert mon ordi pour dérouiller mes doigts,  écrire quelques lignes sur ce lundi venteux et les petits bonheurs matinaux du quotidien. Puis mon téléphone a sonné. Un SMS : « Votre demande de changement de département a pu être satisfaite. ». Je respire. Le relis. Une fois, puis deux, puis trois. Depuis des années, sensiblement à la même date, je reçois ce même SMS, mais affublé d’un ostentatoire « N’A PAS ». Chaque année, je fais semblant de ne plus y penser, de ne pas l’espérer, je reste stoïque à la lecture de cette sentence si peu surprenante. Je ricane, ironise, soupire, et vaque à mes occupations. Puis, au fil de la journée, je finis toujours par me recroqueviller dans un coin pour laisser échapper ce trop-plein d’espoirs déçus. Quelques larmes, encore une fois. Et de la résignation. Le temps passe, et je me vois de moins en moins devant une classe…

Mais aujourd’hui, les sentiments diffèrent. Pour la première fois depuis longtemps, l’idée de revenir à mon ancien job ne m’obsède pas. J’ai des projets. Ma reprise d’études, mes filles, une reconversion qui se profile… Pour la première fois, je reçois cette nouvelle avec légèreté. J’ai du mal à réaliser. Une vague de trac m’envahit. Est-ce vraiment ce que je souhaite? Je vacille, mais dois bien reconnaître que oui. Un grondement sourd se met en marche. Il vient de mon ventre. Je vais vivre à nouveau, travailler et emplir mes journées. Exister pour d’autres. Ne plus subir, mais agir.

J’avais beaucoup de choses à faire aujourd’hui : reprendre la rédaction de mon mémoire, écrire un bout d’article à publier, m’occuper de 1000 paperasses qui s’entassent nonchalamment sur le rebord de la cheminée. Mais cette journée, je décide de me l’accorder. Alors je rêve, je profite, je pense à mes filles, à leur fierté de savoir que leur maman va à nouveau vivre et vibrer. J’imagine les futures frimousses qui feront mon quotidien dans quelques mois. Oui, cette fois-ci, pour de bon, c’est reparti.

3 réflexions au sujet de « Appelez-moi « Maîtresse » »

  1. Contente pour toi Sarah 🙂 Et ce n’est pas une raison pour arrêter d’écrire sur ce blog hein car moi j’aime beaucoup ! Bonne continuation à toi

    1. Merci beaucoup, les encouragements font vraiment chaud au coeur ! Et AU CONTRAIRE, j’aurai encore plus de choses à dire 😉

Laisser un commentaire