La bibliothèque de Lilie, mars 2017

 

Depuis que ma fille a quelques semaines, nous partageons quotidiennement des moments de lecture.

Petit aperçu de nos coups de coeur du moment :

 

Au lit, petit monstre ! , Mario Ramos

 

 

Après quelques mois dignes d’un cliffhanger à la World War Z (grande référence…), des heures de hurlements frénétiques pour NE PAS DORMIR parce que « Mais Maman, je suis RE-VEI-LLEE !!! », nous nous sommes rendues, mes cernes et moi, trainant du pied, le teint blafard et atterré chez notre libraire préféré. Soit dit en passant, je remercie cette jeune libraire de chez Privat (rue des Arts, Toulouse), qui a si souvent sauvé l’âme torturée de ma poulette d’Amour Chérie… Hummmm… Et la mienne au passage. Donc, ce jour là, désespérée, je lui demande la potion magique pour adoucir le rituel du coucher. Elle dégaine Mario Ramos : ça tombe bien, Lilie est déjà convaincue par cet auteur que nous lisons ensemble régulièrement. Je rentre, le précieux sésame au fond du sac. J’attends le soir avec impatience. Et je me lance. Il est ici question de refus total d’obtempérer, de toutes ces petites mascarades que l’on peut trouver pour retarder le moment fatidique… Les petits caprices, les grandes angoisses. Des mots sur un ressenti souvent difficile à verbaliser lorsque l’on a tout juste 3 ans. Et ça fonctionne !!! Allelujah !

 

Les mots doux, C. Norac et C. K. Dubois

 

 

Quoi que nos fassions, nous sommes totalement désorganisés. Nous passons tous nos matins à courir dans l’appartement en panique, une chaussette sur l’oreille, à la recherche de Doudou, à la recherche des clés, réalisant qu’il n’y plus de papier toilette… Et qu’une fois habillés, il est impossible de remettre la main sur le courrier absolument urgentissime à poster en recommandé avant la veille dernier délaiiiiii. Donc on s’escrime, on se cogne le nez, et là : « Mamannnnnnnnn ! Hannah lèche la roue de la poussetteeeeeeee ». Respirer. Donc, une douce parenthèse, qui nous rappelle combien il est important de prendre le temps. Si nous sommes pressés le matin, de mauvais poil, constamment en retard, eux ne le sont pas. Eux ont besoin d’écoute. Eux, ont besoin de temps. Pour que les mots doux puissent se faire une place, il faut savoir la leur offrir.

 

Brigitte, la brebis qui n’avait peur de rien, S. Victor

 

 

Chef d’oeuvre au yeux de la famille au grand complet. Du double sens, du cynisme, de la gastronomie, un loup, « la peur« , abstraite et sournoise… Et un charmant mouton, « qui ne se fait pas prier pour goûter les framboises de Brigitte« . Du grand art ! Chacun y trouve ce qu’il veut. Chacun comprend ce qu’il peut. On en redemande.

 

Le petit bateau de Petit Ours, E. Bunting et N. Carpenter

 

 

Dire adieux à sa robe fétiche. Je ne sais pas comment j’ai fait, mais j’ai malencontreusement mis au monde une princesse à paillettes douée d’une passion inaltérable pour les volants et les frous frous… Moi qui traine toujours ma dégaine d’adolescente post-étudiante en jeans et baskets, je me demande toujours d’où cela peut provenir… Mise en contexte : je vous laisse imaginer l’ampleur de l’horreur qui s’empare de vous lorsque vous sortez de la machine à laver votre pull-over préféré… Qui peut dorénavant servir de déguisement à Mirza, même s’il est « beaucoup trop luxueux pour un chien« . Enfer et putréfaction. C’est ce qu’elle vit au quotidien, tout est inlassablement finalement trop petit. Parce que l’on doit tous grandir, et que grandir signifie dire au revoir à certaines choses que l’on aimait, une histoire de partage, pour aider à se défaire du passé, et pour mieux apprécier l’avenir.

 

Bébés Chouettes, M. Waddell et P. Benson

 

 

Là, on envoie du lourd. Efficace dans absolument toutes les classes de maternelle où je l’ai lu, magique aux yeux de tous les enfants à qui je l’ai offert, ce livre est un des grands classiques que Lilie relit régulièrement depuis ses 2 ans. Des illustrations sublimes et sombres, une écriture poétique et recherchée, des chouettes aux yeux si expressifs, une grande forêt grouillante, et une maman qui est PARTIE… Et là, je vous avoue que face à trente paire d’yeux larmoyants, me rendant compte qu’à cause de cette horreur je suis en train de forger de futurs déserteurs scolaires, je me sens obligée de spoiler : la maman revient toujours ! Cet album permet de faire face à ses peurs, pour pouvoir ensuite mieux se rassurer.

 

Voilà pour aujourd’hui, à vos bibliothèques, donc !

Et chez vous, quelles lectures fétiches à nous conseiller ?

 

2 réflexions au sujet de « La bibliothèque de Lilie, mars 2017 »

Laisser un commentaire