Mon nouveau jouet, mon nouveau QG

Ce blog, donc. Cela fait un bail que j’écris, que je griffonne, quelques idées, des mots, des phrases. Quelques chansons aussi. Mais toujours sur un bout de papier volant, au mieux un petit carnet que je perds inévitablement, un vieux PC oublié… Tout disparaît. Et jusqu’à maintenant cela me convenait plutôt, peut-être par difficulté à se confronter à ce que je produis. J’en ai même un peu honte, parfois, souvent. Perdre et oublier avait un côté rassurant. Jusqu’à cette envie d’avancer.

Je ne sais d’où elle m’est venue. Peut-être de ces quelques blogs, découverts au hasard de mes nuits blanches, depuis que de petits être envahissent mon temps, mon espace, et mes bras. Avant leur naissance, je n’avais pas de temps pour ça. Je courais à droite et à gauche, je sortais beaucoup, je dormais quand bon me semblait. Mais dorénavant je ne suis plus autant maître de mes choix. Et dans le noir d’une chambre à coucher, je me suis mise à papillonner sur le net.

Bon, il y a aussi eu ma reprise d’études, l’an dernier, et un stage où le numérique et les nouveaux outils de communication avaient une place non négligeable. Je me suis sentie vieille et perdue. Numériquement dépassée. Mais également passionnée par le « nouveau » monde qui s’offrait à moi ! L’idée de tenir un blog est alors apparue assez rapidement, mais j’ai repoussé par peur, par manque de légitimité, angoisse de ne rien avoir à publier, par crainte aussi, de me lancer seule dans cette aventure. Et je ne sais plus pourquoi ni comment c’est arrivé, mais ce nouveau jouet me redonne le goût de ces choses que j’avais perdues de vue : je prends du temps pour moi, je me pose et je réfléchis, j’échange sur des sujets auxquels je n’aurais même pas songé auparavant, je m’intéresse peu à peu aux immenses possibilités qui s’offrent à nous grâce à l’émergence de ces médias.

Et je découvre d’autres blogs, d’autres outils, d’autres réseaux, je saute telle une puce de l’un à l’autre, avide de découvertes. Je ne sais pas encore quelle peut être ma place au sein d’un monde web déjà si peuplé, je n’en ai d’ailleurs peut-être pas. Peu importe. Dans cette foisonnance, qu’a-t-on à perdre, si ce n’est ne pas être lu? J’espère cependant que cela se précisera au fur et à mesure de mes pérégrinations, m’amenant peut-être vers d’autres projets… Qui se profilent d’ailleurs déjà à l’horizon !

Lorsque j’écris, j’essaie de ne pas trop me répéter, le dictionnaire des synonymes est souvent mon meilleur allié. Mais aujourd’hui, je suis surprise et désarçonnée par le mot « nouveau », qui revient sans cesse, s’imposant à moi sans que je sache pourquoi. Je n’ai presque pas envie de l’en empêcher. Il me met dans un état de douce fébrilité que je n’avais pas connu depuis pas mal d’années. Alors je continuerai à jeter des idées, ne pas trop me relire, voir où le fil de mes pensées me mène, vers quels chemins je me dirige sans y songer, en savourant toutes ces nouveautés, cette soif de découvertes dans laquelle je me prélasse, attablée avec une tasse de cappuccino crème brulée, dans mon nouveau QG : le Sweet Home Café (https://www.facebook.com/sweethomecafe31/).

Rendez-vous sur Hellocoton !