L’ anti – liste de naissance : quel équipement de puériculture prévoir (ou au contraire NE PAS prévoir) pour accueillir ton fabuleux bébé ?

Qui inutéro a déjà des goûts de luxe, et un avis fortement tranché sur la question, tu t’en doutes n’est-ce pas ? Après un parcours (du combattant) plus ou moins chaotique, il est là, le précieux, niché entre ton estomac et ton foie, depuis… un, trois, six, huit ou même neuf mois. Tu la vois la lumière, tu le sens approcher à grands pas, le bout du tunnel, la NAISSANCE de ta douce et tant attendue progéniture ?

Car si toi tu doutes encore, si tu te languis dans ton canapé, à angoisser-comme-une-grande-malade rêvasser en pensant au petit être vivant qui grandit en toi, Tata Gertrude et Papi Gérard te mettent une pression folle : « Vous avez besoin de kôaaaaaa??? ». Oui, il va bien falloir s’équiper un minimum, car oui, il va sortir. Soit. Nous reviendrons là-dessus une prochaine fois, le gore (je te l’ai déjà dit) se mérite, sois patiente jeune Padawan… Je finirai bien par te livrer les secrets les plus terribles quant à l’expulsion dudit trésor (tu m’en remercieras à coups d’ombrelle).

S’équiper donc. Pas de nouveau canapé, ni de nouveau tapis, non non non… Oublie ! Du matos ultra high-tech, pensé par d’adorables ingénieurs et de splendides as du marketing, pour que ta petite larve de 50 cm soit épanouie à souhait. Tu tentes alors une virée shopping dans un magasin de puériculture… Et là, on te déroule le tapis rouge, jeune primipare ! Tu es la star, l’attendue, la célébrée : celle qui veut le meilleur pour son bébé, parce que l’amour n’a pas de prix, et qu’ après toutes ces années, tu vas ENFIN avoir à nouveau toute légitimité pour jouer à la poupée. Ils sont là, en rang honneur, ils te sourient de toutes leurs dents (des cyborgs, je te dis). Ils t’accompagnent, te conseillent, dégottent les nouveaux gadgets indispensables à ta survie, et tu ressors avec une liste de naissance (la fameuse) au montant total proche du PIB de la Russie.

Bon, j’exagère un (tout petit) peu. Sache tout de même que si tu veux les faire fuir, take it easy : prononce le mot « Amazon », ou au mieux, déplie toi-même une poussette, ils partiront chercher bonheur auprès de l’une de tes consoeurs. Certes, ils ne sont pas tous du même acabit, et vendeur en puériculture ne rime pas forcément avec marchand de tapis parce que ne nous méprenons pas, comme le chante mon ami Didier, « Y’en a des biens »…

Sinon tu peux assumer ta phobie des commerciaux zélés en jetant un oeil au site Bébé Confort Outlet, j’ai commandé chez eux, c’est safe et efficace, si tu n’as pas peur des couleurs funky et anciennes co, tu trouveras ton bonheur pour pas-cher-la-vérité.

Mais revenons à nos embryons : que mettre ou ne pas mettre dans ta wishlist de naissance ?

Pour rappel, cette anti-liste de naissance s’adresse tout particulièrement à toi, public citadin, vivant dans un somptueux appartement (de 30 m2), extrêmement lumineux et sans vis-à-vis (au 6ème étage sans ascenseur), privilégiant les moyens de transports écolo-friendly (tes pieds et les réseaux de bus, voir le métro quand tu es d’humeur follement vagabonde). Il va de soi qu’en bon adepte de la tendance minimaliste, tu vises l’efficace, le multi-usage, le léger, le durable, le revendable. Ce n’est pas du tout une question de possibilités financières ou de manque de place, nooonnn, bien entendu, c’est un mode de vie, ton lifestyle, ton crédo…

Tout d’abord, la Number One des requêtes Google, celle qui te rendra folle à force de comparatifs : la poussette.

Alors là, soyons pragmatiques : à moins d’habiter en pleine jungle alpine, d’être adepte de running-poussette (au vu de l’état de ton périnée après l’expulsion du paquet, de toutes façons, tu ne risques pas de sprinter de sitôt), ou de ne te déplacer qu’en Hummer pour faire des aller-retours entre ta villa à Santa Monica et le centre commercial le plus proche, tu peux de suite éliminer TOUS  les modèles type char d’assaut, joliment nommés « trio », « duo », ou tutti quanto.

A moins que tu n’aies envie de t’offrir le luxe d’une hernie, tu choisiras un modèle léger, pliable, que tu pourras porter à une main (et oui, dans l’autre il y aura mini-you, et tout un tas d’autres gadgets, tu t’en rendras compte le moment venu) en grimpant 4 à 4 les escaliers menant à ton adorable, cosy et si tendrement bohème petit appartement sous les toits. Tu seras heureuse de pouvoir exposer ce totem à la gloire de ton mirifique bébé dans ton immense hall d’entrée (qui fait également office de cuisine, chambre et salle de bains).

J’ajouterai enfin, qu’il te faut choisir un engin relativement fin (souris, tu y as pensé aussi) et compact. Pour illustrer mon propos, je te propose simplement de réfléchir à la façon dont tu envisages de parquer la chose dans ton bar à vins préféré, ou tout simplement de te demander comment tu imagines te contorsionner pour passer les portiques du métro, sans pour autant avoir le sentiment d’être parachutée dans une version grungy de Fort Boyard à Barbès Rochechouart. Voilà, c’est dit.

Avec ces quelques caractéristiques, tu verras, la liste des possibilités est relativement plus limitée… Dans mon top 3 des poussettes new-born-compatibles, tu trouveras :

(cf. Article de la Best Poussette Ever, in-progress).

L’accessoire ultime de toute trendy-mum, assorti à ton magnifique tank à roulettes : le it-bag, l’illustre sac à langer.

Comme toute mère détendue, tu risques de tenter les premières sorties en emmenant avec toi la moitié de ton armoire (plusieurs biberons-au-cas-ou, plusieurs tenues de rechange-au-cas-ou, plusieurs langes et bavoirs-au-cas-ou, des doudous, des chaussons, tes lunettes, des lingettes, du sérum physiologique, du liniment, un brumisateur, mais pas de couches car oui tu les as OUBLIEES ça peut arriver à tout le monde, je ne vois pas le problème). Tu fourreras avec délice tout cet arsenal dans un maxi sac à langer ultra bien pensé, avec des poches partout et tapis à langer intégré. Sauf que, dès la sortie numéro 1 :

  • tu le changes, tu n’as pas pris les couches, ça déborde, le tapis intégré est bon pour être lavé (et le sac, et le bébé, et ta blouse en dentelle de calais dans la foulée) ;
  • tu mets 1h à retrouver la tétine pendant que ton mirifique petit être s’époumone tel un yéti affamé, maudissant cet ingénieur qui a eu la fabuleuse idée de concevoir ce fichu sac avec ces aberrantes 12 poches ;
  • et ta poussette finit par se renverser sous le poids du mastodonte accroché aux poignées.

Tu frôles la crises cardiaque.

Alors pour la sortie 2, tu prends une couche (ou deux si tu es prudente, mais BRAVO, tu es rodée) et un paquet de lingettes roulés dans ton magnifique matelas à langer de voyage Petit Pan. Ca rentre dans ton merveilleux petit sac à main de créateur argentin. Bancooo !

Pour porter ton poupon (sans y perdre une vertèbre) :

Alors là, je suis totalement adepte. J’ai du stock (sergé, tissé, préformé…), de quoi te faire un reportage hautement documenté. Mais pour le coup, vraiment, ça vaut la peine de tenter l’aventure : en plus de libèrer tes bras, cela te permettra de te faufiler partout. Et souvent, en écharpe ou porte-bébé, même le plus insomniaque des marmots finit par sombrer dans les bras de Morphée (détail non négligeable).

Il y a des écharpes ultra faciles d’accès (Je Porte Mon Bébé, JPMBB pour les intimes), qui te permettent de sortir et rentrer ta bestiole sans défaire les noeuds. Si le nouage te stresse, que le mot Storchenwiege t’évoques plus une balade chez Ikea qu’un moyen de porter ton mini chimpanzé, c’est une super alternative (cela dit, ces derniers proposent aussi des modèles faciles d’accès type préformés mais je n’ai pas eu l’occasion de tester).

Il y a également les slings, écharpes sans noeud et 3 fois moins longues que les classiques (et donc moins chaudes et idéales en été), peut-être un peu moins confort car en portage asymétrique (quoique pour un nouveau né, je n’ai rien trouvé de mieux que la petite écharpe sans noeud de JPMBB). Tu peux donc dégainer et ranger la bête plusieurs fois d’affilée, sans te retrouver dans un clip de Lady Gaga à te débattre avec des étoles sur 5m20 de long (et ça, c’est la version courte).

Et sinon, le plus simple : le porte-bébé physiologique, type Ergobaby (que j’adore) ou Manduca (que je ne demande qu’à tester).

Et pour nourrir la bête : biberons et compagnie

Si tu veux vraiment te bâtir un stock avant la venue de Mister Dictateur, sache que chaque bébé a sa préférence… Et avec ta chance légendaire, ce n’est pas nécessairement la marque que tu auras choisie avec amour. Alors achètes biberon si tu veux, mais pas le méga pack tout intégré… Dont tu ne sauras que faire s’il est incapable de s’y abreuver !

Ah oui, et aussi, checke la gamme avant d’investir : vérifie qu’il y a bien toutes sortes de tétines adaptables, pour lait épaissi, pour soupe et céréales, tétines de transition, etc. (devine qui s’est bien entendu faite avoir comme une bleue). Dans le style, Dodie et Mam ont des gammes pas mal fournies (et Avent s’est mis à la page depuis quelques temps), tu devrais trouver ton bonheur…

Pour le chauffe biberon… Franchement, le plus simple, c’est de lui donner son lait à température ambiante ! Tu t’épargneras bien des galères (genre dans les embouteillages, le truc que tu branches sur l’allume cigare et qui met 30 min à chauffer, tente-le, tu vas te marrer) donc ça vaut le coup de voir s’il le tolère. Et si ce n’est pas le cas (j’ai pour ma part l’honneur d’avoir des enfants très pointilleux gustativement), le Bib’secondes de Béaba a sauvé pas mal de nos nuits. Il est vraiment très rapide (une ou 2 min maxi, à vue de nez), et ne pas avoir à poireauter 1/4 pieds nus dans la cuisine, trois fois par nuit, est relativement appréciable.

Je passe rapide sur les accessoires type Bib’expresso, je te laisse te documenter en allant consulter le fantastique et Ô combien objectif test de Marie-Mamanstestent. Et visiblement, il n’a pas encore reçu la palme dans la guerre ouverte contre les grumeaux.

Pour poser ton adoré (et en profiter pour faire quelque chose d’hautement improbable comme te laver) :

Le transat. Magnifique prouesse technologique qui te permets de le poser à 10 cm du sol, sanglé et ligoté tel un rosbif, des fois qu’il aurait envie de défier les lois de l’apesanteur. Il y a des versions ultra high-tech avec mobiles intégrés, vibration (graouuuuu), balancement, etc… Donc si ton parquet est bien isolé, que tu n’as pas de colocataire poilu trainant au ras du sol et que, en super Sportive Mum, tu es adeptes des squats, cet accessoire est idéal.

Si en revanche, en bon bipède, tu préfères la station debout, et que ta tolérance à la poussière va de paire avec le fait que tu as malencontreusement perdu tes lunettes (ce que l’on ne voit pas n’existe pas), tu apprécieras peut-être de pouvoir placer la bestiole en hauteur, à portée de bras et de bisous. Dans ce cas, je ne peux que te conseiller la magnifique chaise haute en plastique qui apportera la touche éclectique qui manquait à ton intérieur, celle avec dossier inclinable, qui fera donc office de transat ET de chaise haute quand il commencera à se nourrir de compotes et purées bio préparées par toi avec amour, vers 4-6 mois. Tu peux opter pour la Polly Magic de chez Chicco, ou si tu es un ouf de la Life, la Tatamia de Peg Perego. Oui elle coûte un bras, elle est moche, mais tellement géniale… Et au moins tu ne te prends pas les pieds dedans grâce à son socle qui lui permet, de plus, de se glisser facilement sous n’importe quelle table. Certains sont totalement fan de la Stokke, mais perso je n’ai pas été convaincue : je l’ai achetée d’occase et revendue, je ne la trouvais pas assez confortable, et vachement mastoc en fait…

Et quand il se tiendra bien, vers un an, tu pourras généreusement confier le Léviathan aux grands parents, et investir dans un splendide et dieu-merci-minuscule réhausseur, qui se fixe sur tes chaises à toi, les jolies en bois.

Pour faire dormir ton précieux (ailleurs que dans tes bras (ou ton lit) ) :

Couffin ? Berceau ? Baignoire ? Nacelle ? Lit à barreaux ? Lit parapluie ? Cododo ?

Franchement, là, à toi de voir… En tous cas, pour le lit parapluie, si tous tes charmants amis sont dans le même état reproductif que toi, il se peut que tu n’aies pas besoin d’investir et que tout soit déjà fourni partout où tu traineras mini-you avec toi, lors de tes nombreux dîners mondains…

Concernant le berceau, couffin, ou cododo, ça peut être utile si tu comptes garder ton loupiot sous ton nez constamment. Personnellement, c’est un achat indispensable pour moi, et même si tu ne l’utilises que 6 mois, ces 6 mois là sont tellement INTENSES, qu’il vaut mieux se la jouer confort avec un truc facile à déplacer : le coller à ton lit quand tu veux, le virer la nuit l’avoir près de toi dans le salon quand tu veux, le mettre près du canapé quand tu veux pour pouvoir bouquiner avec une vue sooooo cute, le prendre dans la salle de bains pour pouvoir te laver les cheveux, etc., etc… Ici, on a utilisé le berceau Chicco Next2me, qui a l’avantage d’être plus grand que la plupart de ses concurrents (peut te durer jusqu’à ses 8-9 mois, enfin jusqu’à ce que ton petit matelot ne décide de tenter de passer dessus bord), monté sur roulettes, qui se plie facilement et que tu peux donc emmener partout, qui fait cododo (ou pas), qui s’incline dans le cas où ta merveille aurait chopé un rhume. Bref, moultipass quoi.

Le lit à barreaux, difficile de faire l’impasse. Pense à prendre le modèle anti-lumbago avec la possibilité de mettre le matelas à différents niveaux. Et la barrière amovible, pourquoi pas… Mais tu ne sais jamais ce qui te sera utile ou pas avant d’avoir été confronté à l’inventivité sans faille de ton poulbot. Sachant que mon aînée est passée au lit de grande vers 18 mois, après 3 chutes totalement volontaires et maitrisées, et 2 coinçages de jambes en travers, tout cela en moins d’une semaine. Décidée, elle était… Quant à ma deuxième, elle  n’y aura fait qu’un passage éclair, ne supportant pas les barreaux, nous l’avons passé rapidement du berceau au mode hippie-matelas-par-terre.

Enfin, concernant le merveilleux maxi-lit évolutif à 1000 €, à moins d’être quelqu’un d’extrêmement constant et légèrement psychorigide concernant la décoration de ton intérieur, cela peut s’avérer être plus handicapant qu’autre chose. Perso, je n’aurais pas la patience de supporter un tel paquebot jusqu’aux 12 ans de ma merveilleuse enfant, je préfère investir dans un lit de bébé pas cher (copain suédois), suivi d’un lit d’enfant pas cher (copain suédois), ce qui permet de varier les plaisirs et de jalonner les étapes par un passage au fameux « lit de grand ».

Pour laver, langer, soigner, sniffer ton amour de bambin :

Bon, jusque là, tu avais une table, une cheminée, une bibliothèque, bref, une multitude de spots horizontaux où tu envisageais éventuellement de poser ton marmot pour le langer. MAIS, saches que le mode adorable chérubin larvesque qui te regarde avec amour sans sourciller ne dure qu’un temps. Un trèèèèès court laps de temps, même.

Très vite, il voudra se retourner, attraper les cotons, livres, sprays, et autres pots de crème trainant alentours, il donnera de larges coups de pieds, se cambrera en poussant des cris stridents de protestation lorsque tu tenteras, en vain, de caler les deux scratch de sa couche de manière à peu près symétrique sur son bidon. Ce faisant, dans cette danse avec le diable, il fera chuter la bouteille de liniment (aïe, dis adieu à ton gros orteil), enverra valser le bidon de 1L d’eau micellaire (aïe, adieu tes métatarses, oui je m’y connais en anatomie mon mec est kiné et alors ?).

Donc oui, une table à langer, pour tempérer les ardeurs de ce minuscule truc qui gigote dans tous les sens, c’est BIEN. Et avoir la place de garder toute l’armada des produits pour bébé à portée de main, c’est BIEN AUSSI (là également il y a de quoi rédiger un article de 5000 mots). Dans ce cas, la commode combinée table à langer peut avoir son utilité, tu as des modèles sympas pour pas trop cher chez Verbaudet par exemple.

Et pour qu’il sente bon (non, ce n’est pas son odeur naturelle que tu aimes, mais celle de son gel douche à laquelle tu te shootes), il te faudra sûrement une baignoire pour bébé. Bien pratique pour te ne pas contribuer à l’assèchement de la planète en utilisant que l’eau nécessaire, tu as même des modèles type accordéon que tu peux cacher subtilement derrière la porte une fois que la bête est proprette. Et si tu veux avoir les mains libres pour savonner ledit bébé, un transat de bain ne sera pas superflu.

Pour le siège-auto,

Je te laisse jeter un oeil au site securange, très bien fait, ou le nouvel article de Maman Floutch qui te condense l’essentiel en une page !

Et s’il n’y avait que quelques conseils à retenir…

  1. En gros, n’anticipe pas trop.

    Seule l’expérience te montrera ce dont tu as réellement besoin toi, et pas ce qui plait à ta cousine ou ce que te vante ton fringuant voisin. Il est plus facile de s’adapter en investissant au fur et à mesure, de prévoir un budget pour l’après. D’autant que les cadeaux foisonnent à la naissance (de trucs inutiles trop choupis), mais se font très rares quand tu commences à en avoir vraiment besoin, genre des chaussures premiers pas, de la vaisselle en plastique incassable, des bodys taille 12 ou 24 mois, des pantalons renforcés aux genoux, et crois-moi, cette étape arrive finalement à vitesse grand V).

  2. Tourne toi vers l’occasion

    Pour ne pas avoir à souscrire un crédit immobilier t’endettant jusqu’à la majorité du susmentionné chérubin, tu peux te tourner vers un site de petites annonces entre particuliers que je n’aurai pas besoin de nommer, ou les nombreux dépôt-vente spécialisés en articles de puériculture. En plus d’investir à moindre coût, cela te permet de tester du matos et de revendre sans trop de pertes si cela ne te convient pas. Au passage, tu renfloues les caisses de ton compte en banque, pour réinvestir aussi sec dans des fringues plus grandes (car ton mouflet a une courbe de croissance désespérément exponentielle) et des jeux éducatifs hors anniversaire (oui, c’est le maaaaaal, tu le pourris-gâte avec délectation).

    Bien évidemment, le plus simple est encore de faire de la lèche à tes potes déjà parents, qui ne rêvent que d’une chose : libérer de l’espace dans leur appartement ! De surcroît, idéologiquement, tu es en plein dans la tendance Slow (si c’est pas la classe), et tu participes à stopper la surenchère de la consommation de masse en offrant une seconde, voir une troisième (voir plus) vie à des objets encore utilisables : gloire à Toi !

  3. ou la location

    Notamment si tu pars en vacances, et que comme moi tu es équipée d’une magnifique et adorable minuscule voiture citadine parfaite pour les créneaux, beaucoup moins parfaite lorsqu’ il s’agit d’entasser plusieurs humains et leurs valises, tu remercieras ces professionnels Ô combien attentionnés, qui t’offrent des services de location (et même de livraison pour les plus passionnés) de tout le matériel nécessaire (lit parapluie, baignoire, siège auto, etc.). Cela t’évitera la location d’un semi-remorque, encore une fois, tu me remercieras, toussa-toussa…

    Bon, je n’ai pas encore testé les services online, mais je peux te donner un super bon plan, si d’aventures tu envisages un séjour à l’Océan, du côté du bassin d’Arcachon et Lacanau : Captain Baby (au Porge) propose tout ce dont tu as besoin à la location pour la journée, le weekend, la semaine… Bref, n’hésite pas à y faire un tour car ils font également dépôt-vente puériculture et enfants (jouets et vêtements).

  4. Mais avant tout : fais toi plaisir !

    Bah oui, quand même, et c’est bien ça l’essentiel… Des évènements pareils, on en vit pas des milliers dans une vie. Alors si tu veux du futile, du tout-doux, des étoiles et des moutons imprimés sur du coton, des accessoires merveilleusement inutiles, lâche-toi ! Au pire, tu les revendras dans 2 mois, au mieux, tu seras hystérique comme le 24 décembre au soir et tu les conserveras précieusement pour les offrir à ta descendance le jour de ses 25 ans.

     

Aller, la bise suréquipée, en vous souhaitant de bien digérer vos orgies chocolatées.

Sarah

 

 

2 réflexions au sujet de « L’ anti – liste de naissance : quel équipement de puériculture prévoir (ou au contraire NE PAS prévoir) pour accueillir ton fabuleux bébé ? »

  1. Je ne savais pas pour la location tu vois. Mais en même temps j’ai pas vraiment été embêté par le transport de tout le matos-indispensable-mais-que-t’utilises-pas car les grands parents étaient équipés.
    Ton article me fait réfléchir à ce que j’ai pu avoir qui était superflu…
    Le number one qui me vient c’est l’anneau de bain. Oh la vache ce truc ! Utilisé 1 fois puis mis au placard 😂 .
    En 2 le sterilisateur. On me l’avait donné pour ma grande. M’en suis servi un peu puis c’était l’époque (y a 12 ans) où on suggérait que c’était pas forcément utile. Je me suis pas fait prié j’dois dire.
    Pour mon second 7ans plus tard qu’est-ce que je trouve au rayon puériculture ? Des stérilisateurs bien sûr ! Non mais sérieux ? Pas moyen, ils me feront pas plier. Un petit bain bouillonnant de 10min pour tout nouvel arrivé et hop !

    Et petite astuce, quand miss primipare sait déjà qu’il y aura un numéro 2. Tout le matos en couleur neutre 😉

    1. Hahaha le fameux anneau de bain… J’ai failli, j’ai failli… Heureusement,je n’ai pas eu le temps d’aller investir, mademoiselle se jetait déjà dans la baignoire à 4 pattes pour asperger sa soeur, à coups de hurlements de joie que je n’ai pas eu le coeur de tempérer (les voisins ne nous ont toujours pas contactés pour un éventuel dégât des eaux…). Et le stérilisateur ! Cette soucoupe volante qui prend la place d’un four sur ton plan de travail ! Je l’avais oublié celui-là, il me sert de Tupperware maintenant.
      Tu fais bien de mentionner les couleurs neutres. Ici on y avait pas pensé (en fait si, mais c’était dans la partie « fais toi plaisir », donc bon, l’air de rien j’ai pris des anciennes collections un peu girly, c’était moins cher hein bien sûr, bel argument). Cela dit, j’avoue qu’un garçon dans un cosy couleur Parme ne m’aurait cependant pas déplu ;-).

Laisser un commentaire