L’evening routine de tes rêves (les plus fous)

evening-routine-ymum

Let me guess…

Pour toi, evening routine rime avec douceur, dîner léger, lecture, massage langoureux, avant de te glisser dans des draps impeccablement repassés d’où émane un délicat parfum de fleur d’oranger…

Non, pas tout à fait ? Je ne suis donc pas la seule (Cf. Chroniques de ma vie ordinaire)? Tu m’en vois rassurée…

Mise en situation :

16h32 : Tu ranges ton bureau, ton ordi est déjà éteint (tu l’as conscienseument tourné vers l’armoire à papeterie, l’unique témoin de tes errances facebookiennes quotidiennes. Tu checkes ton smartphone, tu fais comme s’il te restait juste un dernier pays à sauver d’un imminent cataclysme. Tu te lèves ensuite sur la pointe des pieds, quand ta chef te saute dessus. Le dossier « Loose », ahhhh ouiiiiii. Mais pas de souci !!! Tu rallumes ton ordi. Et f****.

16h47 : Tu fermes ta boîte mail, un coup d’oeil à droite, à gauche, c’est parti ! Tu fonces dans le couloir tête baissée, tu prends l’escalier de secours, car on ne sait jamais sur qui on peut tomber. Gérard de la compta prend le même RER que toi. Il faut faire vite.

16h53 : Dehors, il pleut.

17h01 : Tu te faufiles dans la rame bondée. Sur les fenêtres, ça dégouline façon mousson tropicale. Tu évites de justesse un jeune et fringuant attaché-case, visiblement très intéressé par la façon que tu as d’esquiver  le 44 fillette de ton voisin de métro sur tes jolis escarpins immaculés.

17h38 : Il pleut toujours. Ton cerveau de maman refait surface. Tu n’as pas pris l’habillage pluie de la poussette. Et la grande est en sandales. Tout va bien. Tu as 7 minutes pour atteindre la pointeuse de la crèche avant d’entamer une énième heure sup. Celles-là, c’est marrant, elles ne passent jamais à la trappe…

17h44 : Tu te contorsionnes dans le local à poussette. C’est la jungle. Quatre Yoyos en équilibre sur huit MacLaren… Ou est donc la tienne ? Tout en dessous, évidemment. Tu pousses les trois énormes tank impliables, tu glisses sur un sachet de Pitch, tu parviens à extraire l’engin… Quand tu entends un hurlement strident que tu connais très bien.

17h45 et 56sec. : Tu pointes. Ouf. Tu te retournes : ton mirifique petit troll de compagnie hurle dans les bras d’une éducatrice, la morve au nez, les yeux bouffis (le troll, pas l’éducatrice. Quoi que…). « Elle a 37,8 et pleure beaucoup, on ne vous a pas appelée on savait que vous arriviez ». OK.

17h47 : Ou est DOUDOU ???

17h51 : Les bras chargés de 8,240 kg d’amour (et de morve), tu cherches ta seconde mouflette. Elle joue à la dînette, comme c’est meuuugnon… Mais elle te voit, saute de sa chaise, se prend les pieds dans la table, fait un vol plané digne d’un lancé de nain bien orchestré, et s’affale de tout son long. Tu poses n°2 pour consoler n°1. Malheur. Hurlements en Stéréo. Heureusement, les urgences pédiatrique, ce ne sera pas pour ce soir (tu te réserves ce petit plaisir pour le prochain jour férié). Vite, tu reprends n°2.

17h54 : Mais P***** ! Where is this f****** DOUDOU ??? (Je suis une maman calme et pondérée)

17h58 : C’est marrant, les enfants, c’est comme les mouches. En cas d’orage, c’est le carnage.

18h03 : On a retrouvé DOUDOU. On a récupéré deux mouflets, chaussé 40 orteils, enfilé 4 manches de manteau, récolté à bouts de doigts les sacs plastiques remplis de bodys mouillés aux couleurs douteuses… « Il faudra penser à nous ramener du change pour demain ». Note pour plus tard : faire ENCORE une lessive. Et appeler mamie pour négocier un sèche-linge.

18h06 : N°2 sanglée dans la poussette. Qui hurle. Elle n’a pas tété depuis 7h ce matin. Elle n’a rien mangé de la journée. Ses yeux sont vitreux. Pensive, tu te fais déjà le remake des 1001 nuits, quand n°1 se jette par la porte entrouverte. Tu la suis, coûte que coûte, dans la rue.

18h07 : Il ne pleut plus. Ouf. MAIS, il y a des flaques partout. Je te laisse imaginer. Tu luttes, en vain, pendant les 30 premiers mètres. Et puis tant pis. Tu regardes les jolies sandales… Et les flaques. Trop tard. Un morveux ou deux pour le même prix, quoi de plus funky ?

18h18 : N°1 a failli se faire écraser 3 fois. Elle hurle, se roule par terre, parce que « Nonnnnnnnnnnnn … Je VEUX PAS rentrer !!! « . Tu fais tomber ton Vigik dans une flaque (encore une).

18h19 : Tu ouvres la boîte aux lettres. Et la referme. La déclaration d’impôts, tu la récupéreras demain. Ah c’était hier le dernier délai ? Au temps pour toi…

18h21 : Tu emprisonnes n°1 dans l’ascenseur en barrant le passage avec ta magnifique poussette de compèt’, laissant ainsi à tes talons aiguilles la modique somme de 3 cm2 pour se poser (c’est là qu’ils sont utiles). « C’est MOIIIIIIIII qui appuie TOUTE SEULEEEEEEE! ». Tu les observes, en équilibre au dessus de la poussette, un orteil en lévitation. Premier moment de félicité. Elles se regardent, se chatouillent. Tu souris. Elles sont chou…

18h22 : N°1 jette ses chaussettes derrière le canapé. « JE VEUX TROTROOOOOO ». N°2 s’énerve, se débat. Heureusement, tu maîtrises très bien le plaquage-arrachage de manteau.

18h23 : Tu dégaines tes nichons, pendant que n°1 décide de tenter un baptême de saut en parachute avec sa nouvelle jupe « Qui TOUUUUUURNE Mamaaaaaannnn » au dessus de ta tête. Va pour Trotro, mais pas longtemps, hein …

18h35 : N°1 devant la télé, n°2 en porte bébé, tu t’affaires dans la cuisine. Ah, tu allais oublier la lessive…

18h46 : Tu regardes n°1, relativement calme et hypnotisée, tu regardes n°2 qui se contorsionne dans le porte bébé. Ok, n°1 mangera devant la télé. Tu es le mal incarné.

18h53 : Tu regardes, dépitée, un nuage de petit pois dégringoler. Pendant cet infime laps de temps, une cuillère de purée est éjectée à 3 mètres de toi. C’était une bonne idée, finalement, de ne pas terminer de repeindre le salon (il y a 3 ans…).

19h21 : Je passe sur le repas, personne n’a envie de savoir… Encore moins toi.

19h34 : On se débarbouille, on se déshabille, on plonge la troupe dans la baignoire. Deuxième moment de félicité, elles pataugent dans 3cm d’eau (non tu n’es pas paranoïaque de la noyade), gloussent à s’en démettre les zygomatiques, mais surtout, mettent toute leur complicité de soeurs à l’obtention d’un seul et unique objectif : t’asperger de la tête aux pieds (ce qu’elles maitrisent, ma foi, fort bien, nous devons le leur concéder).

19h48 : Tu sors n°2 de l’eau. N°1 se met à sauter par dessus la baignoire, et courir sur le carrelage pour vous rattraper, tel un hippopotame dans une arène gréco-romaine. Mais bien sûr, elle le fait TOUTE SEULE (ça finit quand, la crise du terrible two ? Avant la préadolescence ou on se prépare pour le marathon ?).

19h49 : Mettre sa couche à un bébé de 10 mois c’est comme essayer de mettre des boucles d’oreille à une girafe.

19h51 : Les manches… Les manches… Les manches…

19h53 : Un coup de brosse, et on entame la deuxième fournée.

19h54 : « Oui mon amour, tu es grande, tu peux t’habiller TOUTE SEULE ».

19h55 : « Mais oui mon bébé, c’est moi qui vais t’habiller ».

19h58 : Les chaussons, c’est surfait.

19h59 : Tu t’assois par terre sur le tapis tout doux de leur chambre. Elles sont là, souriantes, enfin, en pyjama, elles sentent bon le savon, elles ont les joues roses… Vous choisissez ensemble les albums du soir dans la bibliothèque.

20h05 : Ton cher et tendre arrive « Mais qu’elles sont mignonnes !!! Alors, qu’est ce qu’on mange? ».

Comment dire ???

Voilà !

Sur ces entrefaites, je vous souhaite une belle journée flaquesque à souhait !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

39 réflexions au sujet de « L’evening routine de tes rêves (les plus fous) »

  1. OMG !
    Quand je lis ta vie, j’aprécie la mienne 😀
    Les hurlement en stéréo, c’est HORRIBLE !
    Merci de m’avoir fait rire avec ces horreurs que nous vivons trop souvent

    1. Oh mais c’est avec grand plaisir !!! Et mieux vaut en rire (même si c’est après coup) 😉 ! Bon en revanche, il va falloir que je me penche sérieusement sur ton blog, car t’en sortir avec 3, vraiment, je suis épatée 😀

  2. Tellement drôle !!! J’avoue qu’on doit être nombreux à ce reconnaître^^. Perso je ne peux pas arriver à la crèche avant 19h et j’ai parfois l’impression d’être le train de l’enfer. Là tout de suite, je lève les yeux de mon écran et j’aperçois la pile géante de linge à repasser qui m’attend tel un énorme gâteau surplombé de plusieurs cerises de bodies.. lol.
    Et je n’en ai qu’un pour le moment^^
    Allez courage! Moi je dois répondre à l’appel du fer à repasser 😉

    1. Hahaha le fer à repasser… Est aux oubliettes depuis un moment, je ne m’en sortirais pas sinon 😀
      Pas facile de conjuguer vie familiale et professionnelle, nous sommes toutes des supers héroïnes du quotidien 😉

  3. Ahahah !! 😂
    Tu me donnes tellllllement envie d’être au mois de septembre, à la fin de mon congé maternité et au vrai début de notre nouvelle vie à quatre !!
    Ou pas….

    1. 😂 On prend le rythme hahaha ! Cela dit, en reprenant le travail, hormis la boule au ventre des premières séparations, je trouve qu’on est presque plus reposée… 😀

    1. Je trouve qu’à la maison, c’est tout aussi difficile ! On ne se pose jamais, il y a toujours une lessive à lancer, un truc à nettoyer, des courses à faire, une activité à organiser 😉 Bref, toutes des Wonder Women !!! 😀

  4. Genial !! C’est exactement ça !! Cet article est d’utilité publique et devrait être lu par tous les patrons / collègues qui tordent le nez dès qu’on part à l’heure (T’as pris ton aprem ? ça va la vie est belle ?) – Merci en tout cas de rétablir la vérité sur nos soirées de Mamans !!

    1. Merci de m’avoir lue ! (et partagée 😉 )
      Effectivement, beaucoup ne réalisent pas la « double journée »… Bref, pas simple le boulot de maman, on se démène comme des folles pour faire tourner la famille à 100 à l’heure ! Bises

  5. Hello!
    J’ai bien ri!
    Nous le mot d’ordre, c’est les 2 au lit à 19h piles et la soirée est pour papa et maman. Ils sont assez drillés donc ça marche.
    Et pour le change à la crèche, j’ai été méga fourbe: je leur donne les vêtements trop petits de ma dernière, ce qui leur fait du dépannage pour tout le monde et du coup elles sont super gentilles avec moi. Ben oui, la super maman qui pense à elles et comprends leurs difficultés. Gnak gnak gnak!

    1. Les 2 au lits à 19h… Tu as mon admiration éternelle !!! 😀 Autant en hiver on réussit à les coucher vers 19h30-45, autant en été, elles sont surexcitées jusqu’à 21h, voir plus… Si tu as un truc qui marche, je suis preneuse !!!

      Et pour la crèche, j’y ai pensé… Mais une fois 2 poulbotes passées par là, la plupart des fringues sont dans un état que nous qualifierons de … moyen hahaha ! Merci pour tes conseils en tous cas, et à bientôt !

      1. Aucun truc miracle, hélas, juste l’habitude et le fait de ne jamais déroger à la règle.
        Par contre, le grand n’étant pas un gros dormeur, il se lève à 5h du mat, tous les jours…

  6. Ouiiiiii ! C’est ça ! 😀 Certains soirs, ça va mieux (sans aller jusqu’à la fleur d’oranger tout de même), mais d’autres… au secours !!!
    Bonne journée !

    1. Oui, CERTAINS soirs ça va mieux 😀 ! Mais bon, elles sont tellement adorables (dans le fond hahaha), qu’un sourire et on oublie absolument TOUT … 🙂

  7. « Mettre sa couche à un bébé de 10 mois c’est comme essayer de mettre des boucles d’oreille à une girafe. » => Mon mari est aussi fan que moi! (Oui, c’est mal, je l’ai appele au boulot pour lui dire…) Je crois que ca va devenir notre devise!
    … et sinon, j’ai ri tout du long, aussi 😉
    Peut etre est ce que ca te rassureras, mais je pense que c’est le couple d’age le plus difficile a gerer… Apres ca va vers le mieux, c’est promis jure! (Sauf si t’en fais un troisieme… alors la je ne reponds plus de rien…)
    Plein de courage, et au plaisir de lire tes prochaines aventures!

    1. Haaaaa le combo 1 an – 3 ans… On court, on transpire, mais qu’est ce qu’on se marre quand même… Mais du coup, pas de projet 3ème hahaha ! VA-CCI-NES !!! 😀
      Trop fière d’avoir lancé une nouvelle expression, au plaisir d te lire aussi 😉

  8. Ben déjà, les sandales sous la pluie c’est quand même mieux, au moins on n’a pas les chaussettes mouillées. Voilà, ça c’est pour le verre à moitié plein.
    Pour le reste…hum, je retourne au travail dans moins d’un mois vu que mon congé maternité se termine et euh, …pff, je crois que tu me donnes un avant goût! Ça c’est pour le verre qu’il faut que je me remplisse pour faire passer la pilule.

    1. Arf… Oui difficile la reprise. Mais bon, on s’y fit assez vite, au final… Aller courage, plus qu’une dizaine d’années 😉 Et en attendant, chantons et dansons pieds nus sous la pluie ! 😀

  9. Génial! A mourir de rire. Ou pas, parce qu’évidemment tu as presque décrit mes journées! hormis que je m’abstient maintenant de sortir mes nichons vu que j’allaite plus. Mais à part les différences d’âge, on est pile dans ce que je vis tous les soirs, mais en accéléré comme je les récupère à 18h30 ;o)

    1. Hahaha donc j’en prends encore pour un petit moment !!! 😀 Je pense que quand je dis que je n’ai pas encore repris le sport, ce n’est pas forcément l’expression adéquate !! <:o)

  10. J’ai adoré ton article 😂 le quotidien ordinaire d’une mère de famille. Je me suis tellement reconnue, ca me rassure je me dis que je ne suis pas la seule à galérer le soir.

    En ce qui me concerne je rêve juste un soir de sortir du boulot rentrer chez moi et maffaler devant la télé et ne rien faire. Mais ca ça c’est un rêve

    1. Merci d’être passée par là ! 🙂 Alors je ne sais pas si aller les chercher en sortie de boîte à 4h du mat est plus reposant et/ou moins stressant… L’avenir nous le dira hahaha ! 😀

  11. comme disais ma collègue : ça fait du bien de venir se reposer au bureau !!! moi j’ai eu la chance d’être en congé parental quand les 2 avait cet âge là… mais sinon plus tard, c’est un peu différent, tu ne change plus de couches, mais tu te coltines les devoirs… (j’avais fait un billet comme ça, le 5 à 7 version maman » !!! )

  12. Pas tout à fait le même rythme chez nous (on finit plus tard sans compter les transports parisiens) et nous avons pas eu la crèche (alors le récupérer avec nounou vers 19h (une fois qu’on a réussi a communiquer avec elle) est plus simple : c’est en mode pack à la sortie du parc) mais le même sentiment de speed et de loose souvent…

    1. Comme je compatis… J’ai quitté Paris car ce trop plein de ligne 13 et de RER B serait venu à bout de mes efforts effrénés ! Tu as toute mon admiration !!! Bises

      1. C’est que depuis que je suis maman que je me pose la question de changer de travail, presque de région dis toi! Mais pour l’instant je n’imagine pas notre vie ailleurs tellement on est ancré ici.
        La 13 et la B t’avais un sacré combo! Heureusement que je ne prend s plus la B!

        1. J’en parlais encore ce midi avec un ami parigot expat’… Et on se disait que pour avoir le même niveau de vie à Paris qu’ici, il nous faudrait gagner au moins 3 fois ce que l’on gagne actuellement. Mais bon, il faut le courage de se lancer, et surtout aller quelque part que l’on apprécie, et où on a déjà des amis, ça facilite drôlement la vie !

  13. Merci pour ces sourires et rires du matin ! Je ne travaille pas, récupère mes zouzous à l’école à 16h30 mais nos evening ne sont pas forcément mieux ! alors je compatis fort fort fort…

    Allez dans quelques années, ils seront autonomes (ou presque !).

    Virginie

    1. hahaha, je travaille à la maison des derniers mois, mais au final, partir du bureau ou de chez soi, à partir de 16h30… C’est la débandade 😀 !
      Mais profitons, ces moments intenses sont si chou, au final !

Laisser un commentaire